-- -- -- / -- -- --
Nationale

CHAN : L’Algérie bat la Côte d’Ivoire et passe au dernier carré

CHAN : L’Algérie bat la Côte d’Ivoire et passe au dernier carré

Qualification difficile mais méritée pour les Verts qui ont vraiment souffert devant un vis-à-vis ivoirien qui s’est battu comme on le prévoyait en poussant les Algériens dans leurs limites physiques. Un petit but ô combien précieux synonyme de visa pour les demies. On peut maintenant plus que jamais croire au sacre.   

D’abord cette première mi-temps à rebondissements où les Verts vont prendre à la gorge carrément les Eléphants surpris par un début de match mené tambour battant. Largement à leur avantage. Cela donne beaucoup de boulot pour la défense ivoirienne qui va souffrir mais va compter, en plus de la chance, sur un dernier rempart, Folly, bien présent sur sa ligne. La baraka le sauvera d’ailleurs à la 7e minute quand, archi-battu sur une reprise du belouizdadi Draoui, il est suppléé par son poteau droit. Ou quand, quatre minutes plus tard, il touchera encore du bois sur un second poteau alors que Mahious (11e) croyait au but après avoir fait le plus dur. Dominateurs mais trop brouillons, les Algériens pensent se diriger vers une partie sans problèmes mais manquent de maîtrise. Cèdent à une pression montant crescendo faute d’avoir profité d’un moment fort qui aura duré plus d’un quart d’heure. Comme sur cette erreur de débutant (une mauvaise passe) du capitaine Abdellaoui, qui mettra en difficulté, à la 16e minute, son gardien Guendouz, qui commet, en position de dernier défenseur, une faute de main involontaire juste à la sortie de sa surface de vérité. L’arbitre mauritanien, sort une première fois le carton jaune avant d’en référer au VAR et décider de changer de couleur, en brandissant le rouge. Réduits à dix, Laouafi et ses coéquipiers tentent de compenser leur infériorité numérique en serrant les vis, passant même à côté d’ouvrir le score n’eut été encore une fois le talent d’un Folly gardant bien la baraque. Mais un second tournant dans la partie survient à la 35e minute quand le défenseur ivoirien Kouassi est prié de rejoindre les vestiaires pour avoir placé un coup de pied dans le bas ventre de Belkhiter. L’équilibre numérique rétabli, la bande à Bougherra reprend la direction du jeu et pousse sans pour autant réussir à trouver le chemin du but adverse. A la reprise, la pression est tout aussi intense, les deux équipes se rendent coup pour coup même si les Fennecs semblent en mesure de trouver la faille ( près de 65% possession, plus de onze actions nette de scorer)  mais échouent à plusieurs reprises dans le dernier geste non sans  rester sous la menace d’une mauvaise surprise derrière car les Eléphants restent bien présents dans le match et tentent quelques incursions dangereuses qui mettent à mal Chaâl et son arrière-garde. A l’image de cette fin de match à suspense où tous les scénarios restaient possibles. Ou cette inefficacité offensive des Mahious et consorts qui passent à plusieurs reprises à côté du cadre qui font craindre le pire. Une dernière escarmouche qui changerait tout. Heureusement, et alors que l’on s’acheminait droit vers les prolongations, la délivrance viendra à la 90emn +6 sur un penalty magistralement exécuté par le buteur maison, Mahious, qui laisse pantois, un Folly qui n’en pouvait mais. Deux minutes plus tard, le référée mauritanien, met un terme à une rencontre qui aura mis à rude épreuve les nerfs des supporters de Nelson Mandela- Baraki qui pouvaient enfin fêter, dans la joie qu’on imagine, une qualification certes difficile mais sortie des tripes. L’aventure continue pour l’Algérie qui a souffert mais peut croire encore plus au titre. Rendez-vous est pris pour le carré d’as.

Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email