-- -- -- / -- -- --
Nationale

C’est une «escroquerie procédurale», selon Alger

C’est une «escroquerie procédurale», selon Alger

La résolution adoptée jeudi par le Parlement européen n’a pas été du goût d’Alger. L’initiative est mise sur le compte d’ »un groupuscule connu pour avoir versé dans l’agitation médiatique pour servir des desseins inavouables et contraires à la volonté clairement affichée par l’Algérie et l’UE d’aller de l’avant ».

La résolution du Parlement européen demande au gouvernement algérien l’abrogation de la loi 12-06 sur les associations, et d’engager « un véritable dialogue » avec les organisations de la société civile afin de définir une nouvelle loi conforme aux normes internationales relatives aux droits de l’homme et à la Constitution algérienne.

« Trente-cinq députés sur un total de 751, précise le communiqué des Affaires étrangères, qui sont derrière cette résolution adoptée « quasiment à la sauvette », tout en étant dans le fond « en réel décalage tant avec l’esprit qui préside aux relations de dialogue et de coopération entre l’Algérie et l’Union européenne qu’avec la dynamique qui anime les rapports de l’Algérie avec ses Etats membres » souligne le porte-parole des Affaires étrangères, Benali Chérif.

Cherchant encore à disqualifier les auteurs de l’initiative, le porte-parole des AE, qui explique que ces derniers « sont connus pour avoir souvent versé dans l’agitation médiatique pour servir des desseins inavouables et contraires à la volonté clairement affichée par l’Algérie et l’UE d’aller de l’avant dans la promotion de leur partenariat global et multidimensionnel ».

La procédure adoptée sous le sceau de l’urgence, est qualifiée par lui d’ »escroquerie procédurale ». Quant aux faits qui sont à l’origine de cette résolution, ils sont qualifiés de prétextes pour ses auteurs et renseignent en définitive, « sur leur acharnement à vouloir porter préjudice à l’atmosphère sereine qui caractérise le dialogue entre l’Algérie et le partenaire européen ainsi sur les limites de leur vision quant aux intérêts mêmes de l’UE » ajoute-t-on aux AE.

Les militants pacifistes du Sud au cœur de la polémique

La résolution du Parlement, demandant au gouvernement algérien l’abrogation de la loi 12-06 sur les associations et qui a irrité au plus haut point les autorités algériennes, revient également sur l’incarcération de militants des droits de l’homme et des travailleurs. Elle condamne « l’arrestation et la détention des militants pacifiques », « alors que leurs activités sont pleinement autorisées par le droit algérien et qu’elles sont conformes aux instruments internationaux relatifs aux droits de l’homme que l’Algérie a ratifiés ».

Le Parlement « demande leur libération ainsi que l’abandon de toutes les charges retenues contre eux ». La résolution rappelle que « l’Algérie est liée par l’article 2 de l’accord d’association, qui dispose qu’un élément essentiel de l’accord est le respect des principes démocratiques et des droits fondamentaux de l’homme ».

En conséquence, le Parlement européen « prie instamment les autorités algériennes de mettre fin à toutes les formes de harcèlement et d’intimidation à l’encontre des militants pour le droit au travail et des défenseurs des droits de l’homme, y compris au niveau judiciaire, conformément aux dispositions de la déclaration des Nations unies sur les défenseurs des droits de l’homme ».

Il demande également aux autorités algériennes « de garantir le droit à un procès équitable » et d’assurer au moins la garantie du droit à la défense de tous les détenus, dont les défenseurs des droits de l’homme et les militants pour le droit au travail, conformément à l’article 14, paragraphe 3, du pacte international relatif aux droits civils et politiques, ratifié par l’Algérie.

La résolution demande en outre à l’Algérie « de se conformer à leur obligation de protéger le droit à la liberté d’expression, d’association et de réunion pacifique et de prendre les mesures voulues pour assurer la sûreté et la sécurité des militants de la société civile et des défenseurs des droits de l’homme ainsi que leur liberté de poursuivre leurs activités pacifiques légitimes ». 

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email