-- -- -- / -- -- --
Nationale

«C’est la justice qui tranchera»

«C’est la justice  qui tranchera»

Le ministre de la Communication, Hamid Grine, a affirmé que le rachat du quotidien arabophone El-Khabar par le Groupe Cévital n’est pas une affaire politique, soulignant qu’il y a des lois en Algérie qu’il est chargé d’appliquer en tant que responsable du secteur.

« Je n’ai pas l’intention de fermer El-Khabar, mais si la justice décide de fermer ce journal, on ne peut que respecter sa décision », a indiqué M. Grine lors d’une conférence de presse tenue au Forum d’El Moudjahid.

« La justice est souveraine », a-t-il encore ajouté. « Certaines parties ont voulu politiser l’affaire du rachat du quotidien El-Khabar par le Groupe Cevital, et nous sommes chargés de veiller au respect des lois et leur application en toute rigueur », a indiqué M. Grine, « L’Etat ne s’attaque pas à ce quotidien, l’Etat applique les lois. Il y a des lois en Algérie et je suis chargé de les appliquer », a souligné le ministre de la Communication. Et de poursuivre :

« Ce qui m’intéresse, c’est l’éthique et la déontologie. » Le ministre de la communication a déploré le fait d’être l’objet d’attaque de trois journaux, dont il a cependant refusé de citer les titres.

Qualifiant ces journaux d’ « arrogants », qui ne « respectent aucune éthique », Hamid Grine a jugé cette situation « inadmissible ». « Je suis attaqué et diffamé par trois journaux qui se sont constitués en lobby », a-t-il martelé.

« C’est un groupe de pression, d’arrogants qui veut imposer ses lois et donner des informations très peu crédibles », a ajouté le ministre. Tout en soulignant pouvoir être totalement indifférent, le ministre n’a pas omis d’exiger le respect.

« Il n’y a point de laxisme ; on devrait avoir honte », a-t-il lancé, avant d’appeler ces journaux à arrêter toutes ces attaques et insultes. Par ailleurs, le ministre a annoncé l’installation de la commission de délivrance de la carte professionnelle et du Conseil de l’éthique et de la déontologie.

S’exprimant à l’occasion de la Journée internationale de la presse, M. Grine a tenu à réaffirmer que la presse algérienne « est l’une des plus libres au monde grâce au président de la République ». En effet, quels que soient les dérapages, les journalistes ne risquent pas la prison. 

Le ministre de tutelle a annoncé que son département compte introduire des amendements en adéquation avec la Constitution. L’un d’eux, a-t-il expliqué, est relatif à l’Autorité de régulation de la presse écrite. « C’est un projet d’amendement que nous avons proposé », a encore indiqué le premier responsable du secteur.

Par ailleurs, le ministre a indiqué que le plus grand message d’espoir aux journalistes a été donné par le président de la République, qui garantit la liberté totale d’expression. « Aimez votre pays en donnant la vraie information et ne versez pas dans le pessimisme », a recommandé le ministre en s’adressant aux journalistes.

Pour ce qui est enfin des conventions paraphées avec d’autres ministères, notamment le transport, le tourisme et les TIC, au profit des détenteurs de la carte professionnelle de journaliste, le ministre a fait savoir que ces trois départements ont donné leur accord et qu’il ne reste que l’application de celle-ci. 

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email