-- -- -- / -- -- --
Algérie-Chine

Centenaire du PCC : Une histoire et des bouleversements

Centenaire du PCC : Une histoire et des bouleversements

Les chinois s’apprêtent le 1er juillet à célébrer le centenaire de leur parti communiste, une institution qui a su opérer une mutation dans un monde en constante évolution. Cette faculté d’adaptation qui a permis à la Chine de devenir la puissance qu’elle  est aujourd’hui trouve son origine dans la diversité de sa culture .

La chine est encore aujourd’hui au rendez-vous avec le destin qui recèle des horizons prometteurs pour d’autres pays qui espèrent que  l’avenir leur sourira un jour. Avec l’initiative de la route de la soie, et comme la Chine est connue depuis l’Antiquité comme source de production des plus beaux types de soie, personne ne savait que la soie est devenue une « puissance soft » grâce à cette initiative économique qui allait restaurer les gloires des ancêtres en ouvrant la voie au reste du monde. Loin des secousses et des épines plantées par les hégémons et les étrangers qui se sont emparé des richesses et des biens d’autrui.

Notre visite de six semaines en Chine, en 2019, n’était pas seulement une participation à un stage de formation organisé par le Centre sino-arabe. C’était l’occasion de découvrir de nombreux aspects culturels et humains du géant qui s’est réveillé enfin de son sommeil grâce á sa puissance économique, après avoir fait de grands pas depuis l’annonce de la Révolution culturelle en 1966.

La Chine est un pays fier de son histoire et de sa civilisation. En effet, nous avons constaté de nombreuses nuances de cette tradition dans les relations quotidiennes du peuple chinois, qui se caractérisent par beaucoup de générosité, de la tolérance et par d’amour d’aider les autres.

Le poids de la civilisation chinoise signifie que le fait d’atteindre le sommet n’est pas un miracle pour ce pays. Un pays qui n’est pas seulement une source de production de biens bon marché qui ont envahi le monde, mais qui est plutôt un réservoir de connaissances et de capacités technologiques. Une puissance montante fondée sur des bases solides établies par les ancêtres qui ont laissé des jalons racontant la force du dragon à travers différents âges.

Il est inopportun de visiter la Chine sans connaître les monuments historiques les plus importants de ce pays ; à l’image du Palais d’été, de la Cité Interdite, de la Grande Muraille.

Le Palais d’été un chef d’œuvre

Il est l’un des monuments historiques les plus importants. Il a été inscrit sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO en 1988. Sa construction a commencé en 1750 pendant la dynastie Qing, quand la Chine était l’empire le plus puissant d’Asie.

L’empereur Qianlong a accordé des cadeaux aux architectes pour construire ce chef-d’œuvre, en l’honneur de sa mère å l’occasion de son anniversaire.

Le Palais d’été est divisé en quatre parcs :  Le parc oriental, en l’occurrence le parc Donggung Min (c’est-à-dire la porte de l’aile est). Là-même où les empereurs de la dynastie Qing de Chine exerçaient leurs activités politiques et y résidaient également, ainsi que la chapelle Ren Shui, où les empereurs rencontraient leurs ministres. Sans oublier l’aile nord, l’aile sud, les pavillons des empereurs, le grand théâtre et la cour.

Le Palais d’été rassemblé les meilleurs styles architecturaux de Chine. Le quartier oriental, avec ses baraques et ses pavillons, incarne un style architectural typique des quadruples cours communes du pays, séparées les unes des autres…

La Cité Interdite loin de l’interdit

La Cité Interdite est l’un des plus beaux musées historiques de Chine et du monde. Il a été interdit au grand public pendant de longues périodes car c’était la résidence des empereurs de la dynastie Ming de 1368 à 1644, puis de la dynastie Qing de 1616 à 1911. Sachant que 24 empereurs chinois ont régné pendant 500 ans.

La Cité interdite, qui est visitée quotidiennement par des milliers de touristes, couvre une superficie de 720 mètres carrés et a été construite après que l’empereur Bongali l’ait vue en rêve.

Ce palais, qui se caractérise par son style architectural exquis, est composé de 9999 chambres, alors que beaucoup de secrets sont restés cachés. Les légendes disent que l’empereur était un « dieu », et qu’à l’origine c’était un dragon.

Visitée quotidiennement par des milliers de touristes , elle couvre une superficie de 720 mètres carrés et a été construite après que l’empereur Bongali l’ait vue en rêve.

Le visiteur de la Cité Interdite est souvent attiré par le Musée des Trésors. Un grand entrepôt contenant les sceaux des empereurs, des chandeliers, des services à thé et bien d’autres choses ayant appartenu à tous ceux qui ont gouverné la Chine. Des biens ayant appartenu aussi à leurs familles qui résidaient dans cette cite, dont les bâtiments ont été conçus à partir de blocs de pierre sculptés à la main.

Les palais et bâtiments rattachés à la Cité interdite sont dominés par le jaune et le rouge qui occupent une grande place dans la culture chinoise. Le jaune était associé aux familles dirigeantes qui l’avaient monopolisé pour elles-mêmes, et le public n’était pas autorisé à l’utiliser, tandis que le rouge représentait la couleur de la bonne fortune.

Un million d’ouvriers et 1000 artisans ont travaillé à la construction de la Cité Interdite. Il y avait 42 empereurs de Chine des dynasties Ming et Qing. Lors de la chute du régime impérial en Chine en 1925, la Cité Interdite était considérée comme un site archéologique et touristique…

La Grande Muraille… un dragon légendaire à l’infini

Celui qui n’a pas visité la Grande Muraille de Chine n’est pas un vrai héros ». Dicton de Mao Tse toung qui reste gravé sur l’un des gros rochers de ce monument historique semblable à un dragon légendaire se tordant à travers des milliers de kilomètres de vallées, de plaines et de forêts, escaladant de hautes montagnes jusqu’à ce qu’il semble au spectateur qu’il s’étendra à l’infini.

Selon les informations historiques, près de 800 000 ouvriers ont participé à la construction de la muraille pendant des décennies, et surtout dans des circonstances difficiles qui ont coûté la vie à nombre d’entre elles. En raison de la difficulté de fournir des matériaux de construction, et de les transporter pour réaliser un projet de cette ampleur.

Les empereurs des différentes dynasties, qui ont successivement gouverné la Chine, ont fortifié le mur en construisant de nouvelles parties et en comblant les lacunes, tout en renforçant ses capacités défensives avec une haute garde et des tours de guet.
Or, le mur n’a pas toujours réussi à repousser les attaques des Mongols qui exploitèrent les points faibles dans les montagnes, les forêts et même dans les lits des rivières. Le plus grand défi rencontré par le mur au XIIIe siècle a été lorsque Gengis Khan a décidé d’envahir la Chine et de mettre fin au règne de la dynastie Jian. Des hordes ont marché alors dans une brèche secrète dirigée par un général chinois renégat.

Pendant deux siècles, les Mongols occupèrent la Chine et fondèrent la ville de Pékin. Le mur, qui est aujourd’hui considéré comme l’une des merveilles du monde était tombé sous le contrôle des mongols. Au XVe siècle, les Mongols ont été expulsés. Les empereurs de la dynastie Mink ont ensuite accordé une grande attention à la muraille, en restaurant la plupart de ses anciennes parties et en construisant de nouvelles.

Cinq ans d’apprentissage pour préparer du thé

Préparer du thé a beaucoup d’importance dans la culture chinoise. Il ne suffit pas de le boire, mais d’apprécier aussi la façon dont il est présenté dans des ustensiles spéciaux de taille variable. De même que la qualité du thé car il existe une variété de thé notamment rouge, jaune, blanc, vert, noir et du thé au jasmin qui est considéré comme l’un des meilleurs breuvages.

Li Sunyan, spécialisée dans la cuisine et l’art de préparer du thé, a étudié pendant cinq an l’art de préparer le thé. Elle est souvent invitée dans des occasions officielles en Chine, et en présence des personnalités les plus éminentes.

Le thé n’est pas seulement un « prestige » dans la culture chinoise. Il est devenu un besoin urgent de santé. Il se subdivise en thés de saison, dans le sens où il existe du thé d’été, du thé d’automne, du thé d’hiver et du thé de printemps. La qualité du thé fin dépend de la mesure dans laquelle les matières premières qui le composent sont utilisées.

La technologie, un gage de progrès et de puissance

La technologie est présente dans tous les aspects de la vie en Chine. Les Chinois en profitent et s’en servent pour dépenser leurs économies notamment dans leurs maisons. De même que dans divers moyens de transport comme les voitures, le métro, le train et même les vélos, car n’importe qui peut utiliser un vélo parmi les millions de bicyclettes déposées sur les trottoirs. Il suffit de passer sa carte magnétique et la diriger vers l’écran du petit chargeur installé dans chaque vélo, et la personne peut se rendre ensuite à la destination souhaitée. Quand l’usager arrive à destination, il se contente de garer le vélo n’importe où, à condition qu’il ne gêne pas la circulation.

La technologie est devenue l’un des fondements de la vie des Chinois de tous les groupes sociaux, c’est ce que nous avons remarqué lors de notre visite des espaces scientifiques à Pékin, Shanghai et Shein Nous avons été informés par de nombreuses institutions sur de nombreux mécanismes technologiques et numériques qui combinent les domaines de l’agriculture, l’irrigation et la pêche maritime, ainsi que les nouvelles technologies pour les aéronefs et les engins spatiaux, les matériaux électroniques et les plateformes numériques de haut niveau. Cette force technologique suscite autant les envies que la peur, d’où la tension entre Washington et Pékin.  

Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email