-- -- -- / -- -- --
Nationale

Ce qu’il faut retenir du procès de l’autoroute Est-Ouest 

Ce qu’il faut retenir du procès de l’autoroute Est-Ouest 

– Le président de la République Abdelaziz Bouteflika a, selon l’arrêt de renvoi de la chambre d’accusation de la cour d’Alger, lu par le greffier de l’audience Lazghem Aissa, donné de fermes directives dans un premier temps pour annuler le projet du tramway de Constantine, car il a estimé qu’il ne répondait pas aux normes internationales. 

– Le nom de l’actuel Premier ministre, Abdelmalek Sellal, a été cité dans l’arrêt de renvoi de la chambre d’accusation de la cour d’Alger. Selon la même source, le nom du premier responsable de l’exécutif a été signalé au cours de l’enquête préliminaire par Addou Sid Ahmed. Ce dernier a déclaré aux investigateurs qu’il a tout fait pour faire bénéficier la société française Razel du projet lié aux ressources en eau, en intervenant auprès de Sellal alors ministre des Ressources en eau, sans toutefois préciser si ce dernier a accepté ou refusé la proposition.

– Le nom de l’actuel ministre des Transports, Amar Ghoul, a été cité à maintes reprises dans l’arrêt de renvoi, notamment en ce qui concerne la gestion du dossier de l’autoroute Est-Ouest. Pas moins de 17 correspondances lui ont été adressées par la justice pour répondre quant aux anomalies et carences qui ont entouré le projet en question.

– Le nom de l’accusé jugé par le tribunal militaire Ouzen Mohamed dit « colonel Khaled », est souvent revenu au cours de la lecture de l’arrêt de renvoi. Cet ex-cadre, qui exerçait au ministère de la Justice, a usé de son poste et de ses connaissances pour faciliter la tâche aux sociétés étrangères implantées en Algérie pour décrocher des projets dans le domaine des travaux publics, à l’instar du groupe CITIC CRCC et de celui canadien SMINC. Le colonel Khaled était en relation directe avec l’ancien secrétaire général du ministère des Travaux publics Mohamed Bouchama.

– D’après le même document, Mohamed Bouchama était en relation directe avec le principal accusé Chani Medjdoub qui lui rendait visite dans son bureau au ministère des Travaux publics dans un seul but : intervenir auprès des entreprises étrangères, afin qu’il le fasse bénéficier des intérêts.

– Le fils de l’ex-ministre Aboudjerra Soltani, Oussama Soltani, qui n’a pas daigné répondre aux convocations du le parquet général d’Alger, était chargé de la réalisation et du contrôle du tronçon est de l’autoroute.

– Le nom de l’ancien directeur général de l’APS, Nacer Mehal, a été cité dans l’arrêt de renvoi comme étant intervenu auprès de hautes personnalités de l’Etat en faveur d’un investisseur condamné à six mois de prison avec sursis. L’ex-DG de l’APS et le colonel Khaled auraient même, selon l’arrêt, proposé au mis en cause d’introduire un pourvoi en cassation à la cour suprême pour l’annulation de la décision prononcée à son encontre. 

– Le chanteur Cheb Khaled a bénéficié à titre de complaisance de pas moins de 580 millions de centimes du budget octroyé par l’Etat pour la réalisation du projet de l’autoroute Est-Ouest.

– Khelladi Mohamed, incarcéré dans le cadre de cette affaire et qui exerçait au ministère des Travaux publics en qualité de conseiller et directeur des nouveaux projets, a sollicité au premier responsable du secteur du Amar Ghoul, la désignation de commissions d’enquête car il a relevé, alors qu’il était chargé du suivi du projet objet du litige, plusieurs anomalies et la carences dans la conclusion et passation des marchés publics liés à l’autoroute Est-Ouest, mais en vain ; ses demandes sont restées sans suite.

– Les deux avocats français constitués au profit du principal accusé Chani Medjdoub n’ont pas donné signe de vie que ce soit dans la salle d’audience ou dans le périmètre de la cour d’Alger.

– Les deux avocats algériens commis d’office, Mes Aziz Brahimi et Chahrazed Si Alabdi ont été récusés par le principal accusé. Ce dernier a insisté pour le maintien des avocats de son choix, entre autres Me Bourdon. Le président en charge du dossier a demandé aux avocats algériens désignés par le barreau de rester dans la salle d’audience.

– ChaniMedjdoub a bénéficié de pas moins de 11 milliards de centimes en 2011dont 7 milliards ont été déboursés par le mis en cause pour l’achat d’une villa à El Biar. 
 

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email