-- -- -- / -- -- --
Sports

Ce ne sont pas les joueuses qui manquent

Ce ne sont pas les joueuses qui manquent

On pourrait avoir une très bonne équipe nationale féminine de handball. Cette phrase peut paraître un peu étonnante, pourtant, c’est la réalité. Il n’y a qu’à voir les nombreuses handballeuses qui font le bonheur des équipes françaises et même d’autres nations européennes, sans oublier celles qui jouent en Algérie, comme c’est le cas des athlètes du GS pétroliers et du HBC El-Biar.

En France, Sabrina Betzer et Sabrina Zazai, deux gauchères, font les beaux jours de la formation de l’ES Besançon filles au sein de la plus haute division de handball. La première est âgée de 22 ans et la seconde n’a que 20 ans, et c’est elle qui tire les 7 mètres de l’ESBF. Leur club est classé 5e juste derrière Nîmes, où évolue l’international tunisienne Mouna Chebbah, élue meilleure joueuse 2014-2015.

Ensuite, nous avons l’éternelle star de notre handball, Nabila Tizi Sadki, qui ne cesse de nous étonner. Avec Brest en D2 F, Tizi est la meilleure marqueuse et son équipe est en tête avec 5 victoires pour autant de matches.

Chez les N1 F, la liste est longue. Soraya Hamiti avec Antibes a une moyenne de huit buts par match et lors de la dernière journée, elle a inscrit la bagatelle de onze buts à elle seule devant le HB Gardeen.
Pour sa part, Amina Boudjellal, que l’on surnomme déjà à Bergerac « Zizou », en raison de son jeu clairvoyant au poste de demi-centre, occupe la deuxième place avec son équipe Bergerac.

A Saint-Etienne, et nonobstant leur classement quelque peu timide en ce début de saison, Najah Souli et Souad Titou forment la colonne vertébrale de cette formation. Les dix buts marqués récemment par Souad Titou démontrent toute la classe de l’internationale algérienne. Nous n’allons pas citer toutes les handballeuses qui évoluent à l’étranger.

Elles sont nombreuses et peuvent faire de cette équipe d’Algérie une nation qui ferait trembler les ténors de l’Afrique mais force est de constater que cette équipe nationale est en veilleuse car il n’y a pas encore d’entraîneur national nommé. N’est-il pas temps d’en nommer un et de préparer la prochaine coupe d’Afrique, qui aura lieu en décembre prochain en Angola ?

A toutes ces joueuses, on peut ajouter les Sahabi, Izem, Bennabi, Dob, Imène Boudjellal, Haffar, Aït Ahmed, Feraoun, Benhamada, Hasnaoui, et la liste est encore longue. Il est temps de se pencher sur le cas de cette équipe nationale et de mettre sur pied une bonne équipe, car le handball appartient aussi aux handballeuses. 

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email