-- -- -- / -- -- --
Nationale

Carnet de campagne : Les « cinq » se mobilisent contre le Parlement européen

Carnet de campagne : Les « cinq » se mobilisent contre le Parlement européen

Le Parlement européen s’apprête à débattre la situation en Algérie et éventuellement adopter une résolution. Les cinq candidats ont été unanimes à dénoncer une velléité d’ingérence étrangère et d’internationalisation de la crise algérienne. « Le peuple algérien est libre et n’acceptera aucune ingérence dans les affaires intérieures par des parties extérieures, y compris les tentatives de l’Union européenne », a réagi Tebboune. Benflis a indiqué que la conjoncture actuelle « exige la mobilisation et la solidarité de tous » et exhorté « les Algériens à faire preuve d’unité pour défendre le pays ».

Pour Mihoubi, « le choix de cette date, la veille de la tenue du scrutin, en dit long sur leurs intentions malveillantes ». Belaïd a lui aussi qualifié la décision du Parlement européen d’ingérence flagrante dans « nos affaires internes », affirmant que « le peuple décidera seul de son destin » et « exprimera, le 12 décembre prochain, sa position en vue de faire sortir le pays de ce tunnel sombre ». Enfin, pour Bengrina, « lorsque notre pays est en péril, toutes les rancœurs internes doivent se dissiper pour nous dresser, comme un seul homme, face aux ennemis de notre patrie », a-t-il dit ».

Par ailleurs, il a fallu attendre plus d’une semaine après le lancement de la campagne électorale pour que le FLN, le grand absent de ce scrutin présidentiel, une première depuis l’indépendance du pays, fasse connaître définitivement sa position. L’ex-parti unique indique « soutenir à fond la présidentielle, mais aucun candidat, pour le moment », a déclaré hier Ali Seddiki, le SG par intérim du FLN, ajoutant que des militants qui ont pris position pour tel ou tel candidat publiquement « vont devoir se retirer », suite à l’instruction écrite de la direction : « Nous soutenons avec force la présidentielle et nos bases sont mobilisées par une participation massive, en attendant la position officielle de notre parti concernant le soutien ou non d’un des cinq candidats », a-t-il ajouté. Pour Ali Seddiki, les militants et cadres du parti qui ont intégré les directions de campagne de certains candidats comme à Annaba, Mascara, Chlef, « sont considérés comme des rebelles » qui sont sur des « positions personnelles qui n’engagent nullement le parti.

Une campagne insipide

La campagne électorale, qui entame sa deuxième semaine, peine à décoller. Même les panneaux mis en place par les APC pour l’affichage des candidats sont quasiment vides. Dans tous les quartiers d’Alger, ces panneaux sont restés blancs et presque aucune affiche ou portrait du candidat n’y sont collés. Seul Abdelkader Bengrina a pu afficher dans quelques endroits calmes, principalement sur les hauteurs, à El Biar et Bouzaréah. Idem pour Azzedine Mihoubi. Mais leurs affiches ont été détériorées. Abdelkader Bengrina n’a pas eu un accueil chaleureux hier à Lakhdaria (Bouira). Il a été fortement chahuté par la population locale aux cris de « dégage, dégage », et « klitou leblad ya serakine ».

De fait, en déplacement à Lakhdaria pour ce neuvième jour de campagne électorale, Bengrina a encore fait face à la colère citoyenne. Il a été chahuté par les citoyens présents à son lieu de rencontre. Approché par ces derniers, Bengrina s’est prêté au jeu s’adonnant à un débat avec eux. Il a ensuite improvisé un petit discours devant quelques dizaines de citoyens de la ville.

Concernant l’avenir des relations algéro-marocaines, Abdelmadjid Tebboune a affirmé qu’elles seront revues dans le cas où le Maroc présente ses excuses à l’Algérie : « Le lobby qui tient les rênes du Royaume a accusé l’Algérie et a décidé d’entamer un blocus sur le pays » dit-il.

Tebboune a rappelé qu’il « y a deux affaires sur lesquelles les deux pays divergent », préférant aborder celle des frontières terrestres fermées : « Il ne faut pas déformer la réalité. Je me rappelle d’avoir eu des étudiants universitaires qui sont allés au Maroc. Il leur a fallu trois jours pour quitter ce pays », a-t-il rappelé, insinuant une « maltraitance » par les autorités marocaines : « Les frontières ont été fermées le jour où le peuple algérien a été humilié. La fermeture des frontières entre les deux pays n’était due au Sahara occidental, mais aux accusations portées par le Maroc contre l’Algérie d’être dernière l’attentat de Marrakech », a encore révélé Tebboune.

Toujours à ce sujet, il a accusé le Maroc pour son rôle dans un « embargo » imposé auparavant sur l’Algérie par la France : « Près de 350 000 Algériens étaient coincés (au Maroc), jusqu’à ce que des bateaux et des autocars les rapatrient », ajoute-t-il.

Hier à partir d’Oran, Tebboune a réitéré son engagement à poursuivre la lutte contre la corruption et la « récupération des

deniers détournés ». Il se dit « favorable à un système présidentiel avec l’attribution de larges prérogatives au Parlement » dans le cadre de ses missions de contrôle de tous les secteurs.

Benflis a réitéré son engagement d’examiner, s’il venait à être élu président de la République, les dossiers relatifs à « l’amélioration du pouvoir d’achat et des subventions » en concertation avec les différents partenaires, refusant de donner des promesses « irréalistes » aux Algériens. Il a dressé à partir, d’El Bayadh, un constat de la situation actuelle du pays, tentant de proposer ses solutions à la crise travers son projet d’urgence nationale. Il a affirmé que l’Algérie vivait une crise de légitimité et à appelé le peuple à décider de son sort et à vivre pleinement sa citoyenneté. Il a promis de mettre définitivement « fin à la fraude et au passe-droit » s’il venait à être élu Président.

Pour Abdelaziz Belaïd, les pratiques consacrées ces 20 dernières années, marquées par l’emprise de l’argent sur le pouvoir, la bureaucratie et l’achat des consciences, « ont retardé le développement de l’Algérie et fragilisé ses infrastructures ». Il s’est engagé à s’ouvrir à toutes les initiatives et les capacités existantes tant à l’intérieur qu’à l’extérieur du pays.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email