-- -- -- / -- -- --
Monde Afrique

Carnage de Melilla : Rabat empêche des députés européens d’enquêter

Carnage de Melilla : Rabat empêche des députés européens d’enquêter
Migrants climb the fences separating the Spanish enclave of Melilla from Morocco in Melilla, Spain, Friday, June 24, 2022. Dozens of migrants stormed the border crossing between Morocco and the Spanish enclave city of Melilla on Friday in what is the first such incursion since Spain and Morocco mended diplomatic relations last month. (AP Photo/Javier Bernardo)

Les autorités marocaines ont empêché une délégation de parlementaires européens d’entrer dans la ville de Nador pour enquêter sur la tragédie ayant conduit à la mort de dizaines de migrants d’origine africaine, brutalement tués par la police marocaine alors qu’ils tentaient d’entrer dans l’enclave espagnole de Melilla depuis le Maroc. C’est ce qu’a indiqué l’Association marocaine des droits de l’Homme (AMDH).

Dans un post publié sur sa page Facebook, l’AMDH/section Nador a souligné qu’elle devait “recevoir mardi une délégation de parlementaires européens, d’avocats et de militants des droits de l’Homme venue enquêter sur le drame du vendredi noir, le 24 juin dernier, qui a fait des dizaines de morts et de disparus”, relevant que “les autorités marocaines les ont informés de l’interdiction, sans donner de raisons”.

Plus tôt dans la journée de mardi, la délégation du groupe de gauche du Parlement européen, dirigée par l’eurodéputé Miguel Urban, était à Melilla où elle a appelé à la démission ou à la révocation du ministre de l’Intérieur Fernando Grande-Marlaska pour la co-responsabilité que l’Espagne a eue “dans le meurtre de plus de quarante personnes et la disparition de 70 autres”, lors des évènement du 24 juin, a indiqué l’agence Europa Press.

Après avoir visité le Centre de séjour temporaire pour immigrés (CETI) en compagnie, entre autres, de ses collègues Cornelia Erst et Fernando Barrena de la délégation du groupe de gauche, M. Urban a déclaré que lors de ces événements, qui se sont produits du côté marocain après que des centaines de Subsahariens ont tenté d’entrer à Melilla en sautant par-dessus la clôture, “il y a différentes responsabilités”.

A ce titre, il a cité “la responsabilité pénale des forces de sécurité marocaines comme leur gendarmerie et le gouvernement marocain lui-même”, soulignant qu’il y a aussi “une co-responsabilité du gouvernement espagnol, qui est même allé jusqu’à parler de “bonne action coordonnée avec la police marocaine!”

S’adressant aux journalistes, l’eurodéputé a déclaré: “Nous parlons de l’assassinat d’au moins quarante personnes et de la disparition de soixante-dix autres (…), il s’agit d’un acte criminel qui doit rendre des comptes car, sinon, la loi de l’anarchie et la loi de l’impunité prévaudront, précisément sur le territoire européen, et cela ne peut être autorisé”.

En raison de ces faits, l’eurodéputé a souligné que “Grande-Marlaska ne peut pas continuer comme ministre un jour de plus : soit il démissionne, soit il est licencié”, relevant que ce dernier  doit d’abord clarifier devant le Parlement européen ce qui s’est passé le 24 juin.

Selon Miguel Urban, “c’est une véritable honte de permettre de subventionner le Maroc avec des fonds européens”, ainsi que de faire des “concessions politiques” sur la question du Sahara occidental “pour que le Maroc puisse continuer à agir comme une police des frontières”.

De nombreux pays et organisations internationales ont exigé l’ouverture d’une enquête internationale indépendante, afin de faire la lumière sur ce qui s’est réellement passé et sanctionner les auteurs.

Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email