-- -- -- / -- -- --
Nationale

Cap sur l’élargissement de l’assiette fiscale

Cap sur l’élargissement de l’assiette fiscale

Longtemps évoqué, le chantier des réformes fiscales est lancé aujourd’hui dans le cadre des assises nationales sur les réformes fiscales. Des réformes profondes et générales sont attendues. Elles permettront notamment l’élargissement de l’assiette fiscale de sorte à rendre l’impôt « plus juste ».

Intervenant, ce dimanche, sur les ondes de la radio nationale, le ministre des Finances, Aymen Benabderahmane a confirmé ce que les spécialistes n’ont cessé de signaler. « L’impôt n’est pas juste », a-t-il indiqué, soulignant la volonté de changer la donne. « Tout le monde va œuvrer pour que l’impôt soit juste », a précisé le premier argentier du pays, qui rappelle que la fiscalité ordinaire est composée majoritairement par la retenue à la source (IRG), chose qui n’est pas normale. C’est dans ce sens qu’il a souligné la nécessité d’élargir l’assiette fiscale, d’autant qu’une pression fiscale est exercée sur une catégorie d’opérateurs.

Selon lui, il est aussi essentiel de reconsidérer le fichier national du contribuable et faire un recensement « juste » et annuel de la population fiscale pour renforcer la capacité de recouvrement. Ecartant une augmentation d’impôt, Benabderahmane insiste sur la nécessité d’élargir l’assiette fiscale qui donnera plus de recette.

Qualifiant cette réforme de première en Algérie, le ministre affirme « qu’il va y avoir une réforme fiscale avec le consentement et l’adhésion de tout le monde », évoquant dans la foulée des pratiques « du passé » qui ont fait que les gens fassent dans l’évasion fiscale et que des gens s’adonnaient à des pratiques « peu patriotiques ».

Car estime-t-il, le patriotisme économique commence par l’acquittement de sa redevance fiscale envers l’Etat. Ainsi, l’intervenant fait preuve de volonté de « battre en brèche l’ensemble des difficultés enregistrées jusqu’à maintenant ». Il est question, notamment, de sauter les verrous bureaucratiques qui ont fait que, juge-t-il, les gens fuient l’impôt. Cette rencontre qui s’étalera sur trois jours est donc une occasion de recueillir les propositions des spécialistes qui permettront la refonte du système fiscal du pays, qui passera par l’élargissement de l’assiette fiscale.

Par ailleurs, le ministre des Finances est revenu sur les mesures d’accompagnement engagées par les pouvoirs publics, afin d’assister les entreprises qui subissent les conséquences de la crise sanitaire causé par la pandémie du coronavirus. Outre la mobilisation de 65,5mds de dinars pour lutter contre la COVID-19, le ministre évoque de nouveaux dispositifs qui devraient suivre au profit des entreprises en difficulté. Cela, à la suite des travaux d’évaluation des comités d’experts installés, ce samedi, par le Premier ministre. La Commission de sauvetage proposera, explique-t-il, les solutions idoines à même de prendre des mesures qui vont permettre un soutien encore plus accru aux entreprises. L’objectif étant la préservation des emplois et du capital de production des entreprises. « L’Etat fera tout pour atteindre ces objectifs cardinaux », a-t-il affirmé.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email