-- -- -- / -- -- --
Nationale

Candidature des ministres aux législatives : Ould Abbès maintient un faux suspense

Candidature des ministres  aux législatives : Ould Abbès maintient un faux suspense

Le secrétaire général du FLN, le Dr Djamel Ould Abbès, laisse une porte ouverte aux ministres de son parti qui espèrent se porter candidats aux élections législatives du 4 mai prochain.

Après avoir fixé le délai au 27 février prochain, il a allongé celui-ci d’une semaine soit le 4 mars afin de permettre aux ministres de constituer leur dossier mais surtout d’avoir le feu vert du président du parti qui n’est autre que le président de la République, Abdelaziz Bouteflika.

Le secrétaire général du FLN a affirmé il y a une semaine qu’il n’y aura pas de traitement de faveur pour les ministres et que celui qui va se présenter n’a qu’à se rapprocher de sa kasma.

Il avait même signifié qu’il ne voulait pas de candidatures de ministres incapables de ramener des sièges : « Ce n’est pas parce qu’on est ministre qu’on doit être tête de liste.

Ce qui m’importe, c’est de gagner ces élections. Et pour ce faire, je mise sur les militants qui mobilisent et qui jouissent de l’estime des citoyens de la région dans laquelle ils se présentent », avait-il indiqué, la semaine dernière, lui qui n’avait pas hésité à s’interroger sur « l’utilité de mettre un ministre qui ne mobilise pas ».

En tout état de cause, le secrétaire général du FLN a adressé une note interne dans laquelle il précise que le délai accordé aux ministres ou aux autres personnalités nationales désireux se porter sur la liste du parti aux élections législatives est reporté au 4 mars.

Dans cette missive, Ould Abbès considère que le traitement des dossiers de candidatures déposés à travers les kasma est prioritaire : « S’agissant des personnalités nationales qui participeront à ces élections, dont des militants du parti qui sont membres du gouvernement, les noms seront annoncés au moment opportun », souligne la direction du parti dans sa mise au point adressée à la presse.

De plus, si aucun ministre en exercice n’a à l’heure actuelle déposé son dossier, c’est que le président du parti n’a peut-être pas encore tranché la question, surtout si l’information venait à se confirmer que le Premier ministre Abdelmalek Sellal serait partant pour se présenter en tête de liste dans la wilaya d’Alger. Car un autre candidat et non des moindres est aussi annoncé, en l’occurrence le président de l’APN, Larbi Ould Khalifa.

Qui des deux sera le n°1, telle est la problématique qui se présente au FLN aujourd’hui. En plus de ces deux personnalités, le parti compte dans ses rangs des ministres tels que BoudjemaaTalai, l’actuel ministre du Transport et des Travaux publics, le ministre de la Santé Abdelamalek Boudiaf, le ministre du Tourisme Abdelawahab Nouri, le ministre de l’Enseignement supérieur Tahar Hadjar, ou encore la ministre déléguée auprès du ministre du Tourisme et de l’Aménagement du territoire, chargée de l’Artisanat, Aicha Tabaghou.

L’on cite aussi le ministre de la Pêche de l’Agriculture Abdeslam Chalghoum et le ministre des Ressources en eau Abdelakder Ouali et, enfin, la ministre actuelle des TIC Houda Faraoun qui sera candidate à Sidi Bel Abbes.

La majorité de ces ministres et même le Premier ministre étaient, il y a quelques mois, des commis de l’Etat et n’étaient pas affiliés à des partis politiques. A ceux-là, il faudrait ajouter les anciens ministres qui ont déjà manifesté leur désir de se porter candidat tels que Med Seghir Kara, Moussa Benhamadi, Khoudri, Mohamed Djellab, Abdelkader Kadi, Rachid Harroubia, Salah Khebri et Amar Tou. Un vrai casse-tête pour Ould Abbès qui voit déjà sa marge de manœuvre réduite à néant par les ambitions des cadors du parti.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email