-- -- -- / -- -- --
Nationale

Bouterfa insiste sur l’impératif de renforcer les capacités de raffinage

Bouterfa insiste sur l’impératif de renforcer les capacités de raffinage

L’Algérie a réduit ses importations en carburant de 18% durant les neuf premier mois de l’année par rapport à la même période de 2015, selon le ministre de l’Energie, Noureddine Bouterfa.

De janvier à septembre, l’Algérie a importé 2,7 millions de tonnes de carburant, contre 3,3 millions de tonnes durant la même période de 2015.

« Le Groupe Sonatrach n’a jamais effectué d’opérations de traitement du pétrole brut à l’étranger, se contentant d’importer les produits pétroliers traités et finis dont le coût était moindre », a fait constater le ministre qui répondait à une question orale lors d’une séance plénière à l’APN sur les méthodes de transformation du brut algérien en produits pétroliers raffinés.

Bouterfa a évoqué le recours de certains pays producteurs de pétrole au traitement et au raffinage de leur pétrole brut à l’étranger puis sa transformation et son renvoi au pays d’origine sous forme de produits pétroliers finis.

« Ce qui n’est pas lucratif pour l’Algérie », qui devrait, selon lui, renforcer ses capacités de raffinage. Il a expliqué dans ce contexte que le programme national de renforcement des capacités des raffineries permettrait à l’Algérie de couvrir la demande nationale en produits pétroliers, notamment en carburant, sans recourir à l’importation à l’horizon 2021.

A une question sur les motifs du retard accusé dans la mise en œuvre des programmes publics de raccordement aux réseaux d’électricité et de gaz, le ministre a indiqué que le retard accusé était dû à plusieurs raisons dont le refus de la part de plusieurs propriétaires de terrains de permettre l’installation de câbles d’électricité et de conduites de gaz ainsi que l’insuffisance en capacités nationales en matière d’étude et de réalisation de ces projets.

Dans le cadre du plan quinquennal 2010-2014, un programme a été tracé en vue d’approvisionner 220 000 logements en électricité et un million de logements en gaz.

La première partie de ce projet a été finalisée, selon le ministre, avec le raccordement de 67 000 logements en électricité, en plus de 529 000 logements en gaz. Il a reconnu l’existence de plusieurs problèmes empêchant la poursuite de la mise en œuvre de ce programme, dont le retard accusé dans la définition des zones prioritaires en matière de raccordement et l’insuffisance des capacités d’étude et de réalisation nationales.

Pour faire face à ces obstacles, Bouterfa a annoncé le lancement de la deuxième partie du programme, en accordant la priorité à la réalisation des projets dont l’étude est déjà finalisée. Le taux de couverture nationale en électricité et en gaz a atteint 99% pour le raccordement au réseau électrique et 55% pour le raccordement au réseau du gaz, selon le ministre. 

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email