-- -- -- / -- -- --
Nationale

Bouteflika promet une politique judicieuse et rigoureuse

Bouteflika promet une politique judicieuse et rigoureuse

La crise pétrolière et le tassement des ressources financières ne freineront pas les projets d’investissements envisagés par l’Algérie.

Le président de la République, Abdelaziz Bouteflika, l’a affirmé hier en soulignant que la politique prudentielle envisagée par l’Algérie à l’époque du pétrole cher lui permet d’être actuellement en mesure de faire face à l’effondrement des prix du pétrole qui ont chuté de près de 70% en moins de deux ans. Dans un message adressé aux travailleurs algériens à l’occasion de la célébration du 60e anniversaire de la création de l’Union générale des travailleurs algériens (UGTA) et du 45e anniversaire de la nationalisation des hydrocarbures, le chef de l’Etat a assuré que l’Algérie était déterminée à « faire face aux retombées de la chute des prix du pétrole au moyen d’une politique de développement économique judicieuse et rigoureuse à la fois ». Il a souligné le fait que l’Etat était déjà conscient de l’instabilité cyclique du marché international des hydrocarbures. Ce qui l’a poussé à profiter de l’aisance financière pour le remboursement anticipé de la dette extérieure, tout en cessant le recours à l’endettement en plus de la mise en place d’un dispositif prudentiel à travers la création d’un fonds de régulation des recettes.

« C’est grâce à cette démarche que nous sommes, à l’heure actuelle, en mesure de faire face à l’effondrement des prix du pétrole qui ont chuté de près de 70 % en moins de deux ans », a-t-il affirmé. Il a assuré dans le même message que l’Algérie n’envisage nullement de renoncer à la rigueur requise et nécessaire à la gestion des ressources publiques et à la rationalisation des options financières. « Et je tiens à affirmer ici que nous sommes déterminés à faire face aux retombées de la chute des prix du pétrole au moyen d’une politique de développement économique judicieuse et rigoureuse à la fois », a souligné le président de la République dans ce message lu en son nom par Benamar Zerhouni, conseiller à la présidence de la République. Le Président a assuré en outre que l’Algérie ne prévoit pas de cesser d’investir dans les facteurs de réussite du développement économique et encore moins renoncer à ses choix fondamentaux en termes de solidarité nationale véritable et de justice sociale réelle, et ce en dépit de l’acuité de la crise. Le chef de l’Etat est longuement revenu sur la récente révision de la Constitution qui met l’accent sur la nécessité de diversifier l’économie tout en préservant le caractère public de certains secteurs stratégique. Il a déclaré à ce propos que la Constitution prévoit des dispositions « fondamentales » qui « confortent » les choix nationaux dans le domaine économique, notamment pour ce qui est de la préservation de la propriété publique des mines, des hydrocarbures et autres secteurs vitaux. Il a ajouté dans ce même contexte que la Constitution révisée « insiste sur la responsabilité de l’Etat dans la sauvegarde des terres agricoles et des ressources hydriques ».

Le chef de l’Etat a toutefois assuré que « d’autres amendements consacrent la liberté d’investir, l’encouragement par l’Etat de toutes les entreprises sans distinction, la régulation du marché et la lutte contre le monopole ». Estimant que la diversification et la compétitivité de l’économie nationale sont des exigences pressantes dans la conjoncture actuelle, le Président a souligné la nécessité de faire des entreprises la locomotive et le moteur de la croissance.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email