-- -- -- / -- -- --
Nationale

Bouteflika présidera ce mardi le Conseil des ministres

Bouteflika présidera ce mardi le Conseil des ministres

Le président de la République, Abdelaziz Bouteflika, présidera demain la réunion du Conseil des ministres, a annoncé aujourd’hui le Premier ministre Ahmed Ouyahia.

« La réunion sera consacrée essentiellement à l’examen et à l’adoption du Plan d’action du gouvernement, qui sera présenté devant les membres de l’Assemblée populaire nationale (APN) dans une dizaine jours », a-t-il déclaré hier à la presse à l’occasion de l’ouverture de la session parlementaire ordinaire pour l’année 2017-2018 de l’Assemblée populaire nationale et du Conseil de la nation.

« Si le Plan d’action est adopté par le Conseil des ministres, il sera soumis à l’APN ce week-end pour examen », a-t-il ajouté. Concernant la conjoncture économique du pays après la baisse drastique des recettes pétrolières, le chef de l’exécutif a écarté le recours de l’Algérie au Fonds monétaire international (FMI) en considérant que ce refus de solliciter le FMI ne concerne pas uniquement le gouvernement mais c’est l’affaire de tous les Algériens car « il s’agit », dit il, de la souveraineté nationale ».
Ouyahia a parlé en parallèle d’un nouveau mode de financement hors hydrocarbures, mais sans donner plus de précision.

A propos des usines de montage des véhicules en Algérie, le Premier ministre s’est montré totalement favorable au maintien de ce genre d’investissent en considérant que l’Algérie doit passer par cette étape pour faire émerger une industrie automobile locale.
Pour étayer ses propos, il a cité l’exemple des pays asiatiques devenus leaders dans le domaine de la production de véhicules.

« Le Japon et la Corée du Sud, qui sont les leaders mondiaux dans ce domaine, avaient débuté avec le boulon et le tournevis », a-t-il argué au Sénat en marge de l’ouverture de la session du Parlement, écartant par la même la révision du cahier des charges de l’activité de montage de véhicules, initié par son prédécesseur Abdelmadjid Tebboune.

Celui-ci avait dressé un bilan peu reluisant de l’industrie automobile en exigeant un plus grand taux d’intégration des pièces produites localement. L’ex-Premier ministre avait également dénoncé le paradoxe da la hausse vertigineuse des prix des véhicules alors que les chaînes de montage installées par les constructeurs automobiles prospéraient.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email