-- -- -- / -- -- --
Nationale

Bouteflika inaugure la ligne Birtouta-Zéralda et la ville de Sidi Abdellah

Bouteflika inaugure la ligne Birtouta-Zéralda et la ville de Sidi Abdellah

Le président de la République, Abdelaziz Bouteflika, a inauguré dimanche la nouvelle ligne ferroviaire Birtouta-Zeralda, dans la wilaya d’Alger. La cérémonie d’inauguration s’est déroulée en présence du Premier ministre, Abdelmalek Sellal, et de membres du gouvernement.

Dotée d’une double voie électrifiée et de plusieurs ouvrages d’art, cette nouvelle ligne ferroviaire de 21 km comprend cinq gares, à savoir Birtouta, Tassala El-Merdja, Sidi Abdellah, Université de Zeralda et Zeralda ville.

L’entrée en service de la ligne ferroviaire électrifiée Zéralda-Birtouta permettra de se déplacer entre la région côtière de l’Ouest d’Alger et sa banlieue Sud en 40 minutes. Le directeur général de l’Agence des investissements ferroviaires (Anesrif), Azzeddine Fridi a indiqué récemment à la presse que l’entrée en service de cette ligne permettra un gain de temps d’à peu près 50 minutes. Concernant la cadence de circulation, le responsable avait souligné qu’elle est fixée à deux trains par heure.

« D’après notre conception de la ligne, nous avons prévu la circulation de deux trains par heure et par sens, soit un train chaque demi-heure pour chaque sens. Ensuite, s’il faut augmenter cette fréquence, ça sera faisable « .

Azzeddine Fridi avait, par ailleurs, affirmé que l’extension de cette ligne vers Gouraya (Tipaza) d’un côté et Ain Benian de l’autre est inscrite en études. « Les études préliminaires d’identification de la ligne Zéralda – Gouraya sont achevées et seront bientôt présentées aux autorités.

Pour la ligne Zéralda – Ain Benian, les études sont en cours. Pas moins 32 milliards de dollars, ont été consacrés au développement du transport ferroviaire en Algérie pour la période 2005/2014.

Cette somme astronomique globale était inscrite pour les deux plans de développement, 2005/2009 et 2010 /2014. Le réseau ferroviaire du pays, qui était de 1.769 km en 2008, devrait atteindre les 10.000 km à l’horizon 2019.

Il est question de plusieurs projets d’extension de plusieurs lignes du Nord vers le Sud, à l’exemple de celle reliant Bechar à Adrar sur une distance de plus de 600 km pour étendre la ligne Oran-Bechar sur 700 km.

Vers une ligne Alger-Tamanrasset

Le projet annoncé lors d’une visite du Premier ministre, Abdelmalek Sellal, à Bechar, a été inscrit dans la loi de finances complémentaire 2013 pour réalisation.

Les plus hautes du pays envisagent par ailleurs de désenclaver de nombreuses villes telles qu’Abadla et Beni Abbes. Cette ligne devra être exploitée pour le transport des voyageurs, des hydrocarbures et des marchandises, telles que les céréales.

Quoique gelées, suite à la baisse des cours de pétrole, et en attendant de renflouer les caisses de l’Etat, il est prévu également de réaliser une ligne Alger-Ghardaïa, en passant par Blida et Laghouat, et une partant d’Ouargla vers Hassi Messaoud. D’autres boucles sont prévues pour relier les villes du Nord à celles du Sud comme la boucle sud-ouest et sud-est.

La première reliera Laghouat et Hassi Messaoud en passant par Ghardaïa et Ouargla. Elle est connectée avec la pénétrante qui va de Constantine jusqu’à Touggourt. La seconde boucle s’étendra de Ghardaïa à Bechar en passant par Adrar. A propos de la ligne In Salah-Tamanrasset de plus de 660 km, il y a une proposition pour l’inscrire en étude.

La nouvelle ville de Sidi Abdellah inaugurée dimanche par le Président de la République, Abdelaziz Bouteflika, se veut un pôle urbain moderne et technologique d’excellence, disposant de toutes les commodités en matière d’enseignement, de santé et de loisirs.

Le projet de cette ville, située à 25 km d’Alger, et s’étendant sur une superficie de 7000 ha, dont 3000 ha urbanisables et 4000 ha d’espaces verts et de forêts protégés, dispose de toutes les commodités en matière d’enseignement supérieur, d’éducation, de santé et de loisirs, a indiqué à l’APS le ministre de l’Habitat, de l’Urbanisme et de la Ville, Abdelmadjid Tebboune. Le taux d’avancement du projet, dont la livraison totale est prévue pour 2018, a atteint 75%, a précisé Tebboune, en marge de la cérémonie d’inauguration.

Il a expliqué que Sidi Abdellah, « qui doit constituer à l’avenir un modèle pour les nouvelles villes algériennes », compte divers pôles d’excellence, dont le pôle résidentiel, le pôle santé, pharmaceutique et biotechnologique, le pôle universitaire et celui des TIC.

Le pôle santé est doté d’un centre comportant les dernières technologies de pointe en matière d’appareillages, notamment de radiologie et de radiothérapie. « Ce centre utilisera des techniques innovantes développées aux États-Unis et au Japon et nous serons les premiers en Afrique à en faire usage », ont expliqué des responsables de ce centre.

« Cette technologie permet un soin de qualité et de très grande précision et réduit de manière extrêmement importante toutes les complications post-opératoires et post-thérapeutiques qui passent dorénavant de 20 % de complication à 2 %», a-t-on précisé, ajoutant que ce centre « sera livré vers la mi-décembre 2016 ». Un autre centre mère-enfant, spécialisé dans les activités médicochirurgicales, et un pôle de soins et de réadaptation sont en cours d’achèvement.

Situé à l’entrée Est de la nouvelle ville, le pôle pharmaceutique et biotechnologique combine, quant à lui, des espaces vie, des sites technologiques, des laboratoires de recherches en pharmacie et biotechnologie et de fabrication de médicaments. S’étendant sur une superficie de 148 ha, ce pôle compte 42 projets dont 4 sont déjà en activité et 5 autres en cours de réalisation.

Le pôle universitaire est doté, pour sa part, de « la plus grande structure scientifique universitaire en Algérie » avec une capacité d’accueil de 22 000 places pédagogiques et six cités universitaires en cours de réalisation. La nouvelle ville de Sidi Abdellah consacre, en outre, 21% de sa surface globale au pôle urbanistique, qui compte 45.000 logements, tous types confondus.

« Ces logements seront livrés progressivement d’ici à 2018 », a-t-on indiqué auprès du chef de projet. « Ces logements, réalisés en un temps record ne dépassant pas les 3 ans, sont dotés des dernières technologies en matière de sécurité et de télécommunications (fibre optique pour l’internet haut débit et paraboles collectives pour la réception télé) », a-t-on expliqué.

C’est aussi une ville écologique utilisant les dernières technologies en matière de gestion des déchets ménagers et de protection de l’environnement, avec un éclairage public au solaire. La nouvelle ville verra aussi la réalisation du plus grand centre de loisirs en Algérie. Deux avenues seront baptisées aux noms des défunts Présidents Ahmed Ben Bella et Houari Boumediène. 

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email