-- -- -- / -- -- --
Nationale

Bouteflika convoque le Haut conseil de sécurité

Bouteflika convoque le Haut conseil de sécurité

La situation sécuritaire du pays est-ellemenacée pour que le président Bouteflika convoque d’urgence le Haut conseil de sécurité (HCS). Selon l’APS, le président Bouteflika a présidé dimanche une réunion sur la situation sécuritaire aux frontières méridionales et orientales de l’Algérie et ses efforts pour la paix et la stabilité au Mali et en Libye.

« Abdelaziz Bouteflika, président de la République, a tenu dimanche 21 septembre, une réunion sur la situation sécuritaire à nos frontières méridionales et orientales et sur les efforts que déploie l’Algérie pour faciliter l’avènement de la paix et de la stabilité au Mali et en Libye », indique un communiqué de la présidence de la République.

« Cette réunion a vu la participation de hauts responsables civils, militaires et des services de sécurité, dont Abdelmalek Sellal, Premier ministre, et Ahmed Gaïd Salah, vice-ministre de la Défense nationale, chef d’état-major de l’Armée nationale populaire », précise la même source.

Cette structure de sécurité qui réunit, outre le chef de l’Etat, les principaux responsables des organes de sécurité, le Premier ministre, le ministre de la Défense, le ministre des Affaires étrangères, le ministre de la Justice, le ministre de l’Intérieur et le ministre des Finances, ne s’est pas réunie depuis 2011. Le Haut Conseil de sécurité est une instance consultative algérienne. 

Elle est chargée de donner au président de la République des avis sur toutes les questions relatives à la sécurité nationale, selon la constitution.

Le HCS a été instauré par la constitution de 1976. Il n’a pas d’autonomie en termes de pouvoir de décision, puisque c’est un organe consultatif dépendant étroitement du président de la République. Il siège sous la présidence du chef de l’Etat et sur sa convocation. Ce dernier fixe l’ordre du jour et nomme un secrétaire chargé des études, de la préparation des travaux du HCS. En fait, il assiste le Président. Outre le suivi de l’application des décisions arrêtées, le secrétaire du HCS suit le développement des situations de crise ou de conflits et en évalue l’incidence au plan de la sécurité. Depuis sa création le HCS s’est réuni quatre fois (1992, 1993, 1994 et 2011).

Le 14 janvier 1992, le Haut conseil de sécurité s’est réuni suite à la démission de Chadli Bendjedid de la présidence de la République pour instituer le Haut Comité d’État présidé par feu Mohamed Boudiaf après la démission de Chadli Bendjedid. Le 12 janvier 1992, le HCS fait la déclaration suivante : « Convoqué en session immédiate, le Haut conseil de sécurité, après avoir pris acte de l’état de vide constitutionnel résultant de la conjonction de vacance de la présidence de la République par démission et de l’Assemblée populaire nationale par dissolution, a constaté l’impossibilité de la poursuite du processus électoral et décidé de siéger sans discontinuité ».

Le 14 janvier est publié au Journal officiel une proclamation portant création du Haut Comité d’État signée par les membres du Haut Conseil de sécurité. Une seconde rencontre a eu lieu le 19 décembre 1993 où le Haut Conseil de Sécurité a pris en compte le fait que le HCE ne saurait excéder la fin du mandat présidentiel issu des élections de 1988 expirant le 27 décembre 1993, proclame la prorogation de sa mission jusqu’au 31 janvier 1994 et que son mandat prendra fin dès la prestation de serment de la nouvelle instance présidentielle issue de la conférence nationale qui se tiendra du 25 au 26 janvier 1994. La dernière rencontre du HCS remonte au 30 janvier 1994. En 2011, le président Bouteflika a réuni, pour la première fois depuis son intronisation à la tête de la magistrature suprême, le Haut Conseil de Sécurité. 

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email