-- -- -- / -- -- --
Nationale

Bousculade de Mina : Un bilan au compte-gouttes

Bousculade de Mina : Un bilan au compte-gouttes

Le nombre de victimes de la bousculade survenue le 24 septembre dernier à Mina près de La Mecque lors des pèlerinages ne cesse d’augmenter mais d’une manière qualifiées de « compte-gouttes » par les familles des victimes.

Le nombre des Algériens décédés dans la bousculade de Mina s’est élevé désormais à 46 hadjis, selon un dernier bilan rendu public par le ministère des Affaires étrangères. Le ministère des Affaires étrangères a indiqué que « quatre hadjis blessés sont toujours hospitalisés et trois autres n’ont pas donné signe de vie à ce jour ».

Le ministère assure que les listes des hadjis décédés, hospitalisés ou n’ayant pas donné signe de vie sont disponibles au niveau de la cellule de crise du MAE.

La cellule de crise du ministère des Affaires étrangères, en coordination avec celle du ministère des Affaires religieuses et des Waqfs, « continue à suivre les conséquences de la catastrophe de Mina sur nos hadjis, en contact permanent avec le consul général et les membres de la mission », relève la même source.

« Tout en présentant ses condoléances aux familles des défunts et en souhaitant un prompt rétablissement à tous les blessés, la cellule rappelle qu’elle demeure disponible pour apporter les réponses aux préoccupations des familles touchées par cette tragédie », ajoute le communiqué. Pas moins de « 2 097 personnes y ont péri », selon un décompte chiffré fourni par 34 pays.

De nombreux pèlerins n’ont toujours pas donné signe de vie, après près d’un mois de la bousculade qui a eu lieu à Mina où quelque 2 millions de pèlerins était réunis. La mission médicale sur place a intensifié son travail en vue de localiser et identifier les victimes algériennes de la catastrophe au niveau des cliniques et des hôpitaux notamment à La Mecque, Djeddah, Riyadh et Taef, avait-on annoncé par ailleurs. Cela au moment où diverses sources ne cessent de mettre en avant des chiffres beaucoup plus importants.

Ainsi, les réseaux sociaux, autres moyens de communication sur lequel se sont rabattues aussi les familles des hadjis disparus, donnent le chiffre de 80 hadjis algériens décédés dans les deux tragédies de Mina et de la Mecque (accident de la grue dont le chiffre officiel avait fait état de deux morts et 12 blessés).

Le ministre saoudien de la Santé a attribué la bousculade meurtrière au manque de discipline des pèlerins qui ont tendance, selon lui, à ignorer les instructions des responsables du hadj.

L’Iran, qui compte plus de 400 morts dans la bousculade, a attribué la tragédie à des failles dans le dispositif de sécurité saoudien. Selon des membres de la délégation algérienne, l’accident s’est produit lorsque des foules de retour de la stèle de la lapidation ont trouvé la sortie fermée par la police de la circulation routière.

« En voulant trouver une autre issue pour sortir de Mina, les foules se sont télescopées, causant un goulot d’étranglement devant la sortie », a témoigné, Ahmed B, un hadj de la wilaya de Sétif.

« Les foules venaient de trois directions différentes pour converger vers une seule sortie en raison de la fermeture des voies habituelles par la police », a fait savoir un autre hadj de la wilaya de Batna qui a ajouté que des hadjis comprimés par la poussée devant la porte ont été pris de panique et ont commencé à forcer le passage, causant cette terrible tragédie ».

Ce drame intervient après la chute d’une grue, le 11 septembre dernier à la Grande mosquée, tuant 109 personnes dont deux Algériens et blessant plus de 400 autres dont 12 Algériens. Le pèlerinage à La Mecque, l’un des cinq piliers de l’islam, a rassemblé cette année environ deux millions de pèlerins selon des statistiques saoudiennes ; 1,4 million de pèlerins sont venus de l’étranger et près 600 000 de l’intérieur du royaume. 

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email