-- -- -- / -- -- --
MENASahel

Boukadoum à Niamey : la sécurité régionale au cœur de la visite

Boukadoum à Niamey : la sécurité régionale au cœur de la visite

La question  sécuritaire a été au cœur des visites de travail  effectuées, ces deux derniers jours, par le ministre des Affaires étrangères Sabri Boukadoum dans les pays  voisins du sahel.

Après la capitale malienne Bamako, M. Sabri Boukadoum a été ce lundi en visite de travail à la capitale nigérienne, Niamey, selon  un communiqué  du ministère des Affaires  étrangères.

Dépêché par le président de la République, Abdelmadjid Tebboune,  le chef de la diplomatie algérienne  a été reçu  par le président de la république nigérienne, M. Mahamadou Issoufou, afin de lui transmettre un message du président de la République, soulignant la volonté  d’Alger à renforcer les relations de coopération entre les deux pays, ainsi que la concertation dans le domaine politique concernant les questions d’intérêt commun. Les deux parties ont évoqué la  situation sécuritaire et  d’autres défis géostratégiques dans la région de Sahel, ajoute la même  source.

Pour sa part, le président nigérien a réitéré l’importance des relations bilatérales entre  Alger et Niamey, mettant en avant la dynamique que connait  la coopération à même de refléter la particularité des liens entre les deux peuples voisins algérien et nigérien. Il a  exprimé, à cette occasion,  sa gratitude pour l’Algérie qui a, toujours, fait montre de sa solidarité permanente, notamment en ces moments de crise sanitaire mondiale et lors des catastrophes naturelles, qu’a dû subir récemment le pays voisin.

De même, les deux parties ont eu à aborder les questions d’ordre économique tout en mettant l’accent sur les projets lancés dans la région dans ce domaine.

Pour rappel, la visite du ministre des AE, Sabri Boukadoum  effectuée auprès  des pays  voisins au sud des frontières algériennes, à savoir le Mali et le Niger,  intervient  à  un moment  si particulier.  Pour  Bamako,  un climat de tension sécuritaire  prévaut depuis  le putsch  entrepris par  les forces armées maliennes  renversant le président Ibrahim Aboubacar Keita le 18 août dernier. Quelques semaines après et à l’issue de négociations menées entre la junte militaire  et la classe politique,  le Mali s’est engagé dans un processus de transition d’une  durée de 18 mois. Suite à cette situation, le chef de la diplomatie algérienne  s’est rendu deux fois  au Mali dans une  démarche  diplomatique visant à offrir  les bons  offices d’Alger aux frères  maliens, s’appuyant sur une approche  privilégiant le dialogue loin de l’effusion du sang.

Tandis que le Niger, lui aussi,  connait une  situation sécuritaire difficile, où les groupes  terroristes  continuent de frapper et de semer la terreur. Malgré  un semblant d’accalmie  constatée  ces derniers mois, les incidents  sécuritaires, survenus en mai dernier au Diffa, ont enfoncé davantage  le clou et exacerbé l’instabilité dans la région du Sahel et de l’Afrique de l’Ouest. Face à cette instabilité sécuritaire régionale, l’Algérie tente, peu ou prou, à redynamiser sa  diplomatie afin de trouver   des solutions  politiques  aux conflits  qui minent ses  frontières et n’hésitera pas, selon le ministre des affaires  étrangères,   à apporter son aide dans le cadre de la lutte contre le phénomène  du terrorisme.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email