Boufarik: 20 minutes de pluies ont inondé plusieurs quartiers – Le Jeune Indépendant
-- -- -- / -- -- --


Nationale

Boufarik: 20 minutes de pluies ont inondé plusieurs quartiers

Boufarik:  20 minutes de pluies ont inondé plusieurs quartiers

Attendues depuis des mois pour leurs effets bénéfiques, les fortes pluies enregistrées ces dernières 24 heures dans la wilaya de Blida mettent manifestement à nu les déficiences et lacunes des travaux d’aménagement urbain, de la voirie et de confortement des rives des oueds proches des zones urbaines.

Bien qu’elles constituent un plus pour les ressources hydriques, ces fortes précipitations deviennent une menace pour la vie des riverains, au vu des scandaleuses déficiences en matière d’aménagement urbain. A Boufarik, rares sont les quartiers de la ville qui ont été épargnés par les eaux dont l’écoulement est freiné par les avaloirs bouchés, voire leur absence totale.

Craignant de voir les eaux de pluie envahir les habitations, les riverains ont relevé leurs manches pour déboucher les canaux d’assainissement non récurés depuis des années et évacuer un tant soit peu les eaux.

La rive gauche de la ville Cité Mimoun, et depuis le collège Aït Boudjemaâ jusqu’à la sortie sur la route nationale adjacente au lycée Bentouati, le citoyen patauge dans la gadoue. Une route impraticable, inondée d’eau, des travaux très mal finis, un glissement de chaussée, tout cela a mis en danger la vie de plusieurs élèves et automobilistes ce matin à la rentrée des classes. La plupart des routes à l’intérieur de la rive gauche n’est pas goudronnée.

A chaque précipitation, les habitants vivent le calvaire dans des venelles transformées en véritables mares de boue. « Je ne sais pas où vais-je marcher, routes et trottoirs sont inondés. Regardez, il y a même un glissement de la chaussée. C’est très dangereux pour nous mais aussi pour les automobilistes », a confié une lycéenne toute désemparée.

Les avaloirs bouchés, les travaux très mal finis et les trottoirs défaillants sont la cause de tous ces désagréments. A la cité des 400-Logements, connue par l’appellation de Dallas, toutes les issues sont inondées. La plupart des cages d’escaliers ont vu pénétrer l’eau des pluies, ce qui rend encore plus difficile la sortie et l’entrée des habitants. Ainsi, l’arrivée des pluies est autant une source de joie que d’anxiété pour les habitants des Ziban.

Veuillez activer JavaScript dans votre navigateur pour remplir ce formulaire.

Cet article vous-a-t-il été utile?

Cet article vous-a-t-il été utile?
Nous sommes désolés. Qu’est-ce qui vous a déplu dans cet article ?
Indiquez ici ce qui pourrait nous aider a à améliorer cet article.
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email