-- -- -- / -- -- --
Nationale

Bouchouareb : «Le projet bientôt concrétisé»

Bouchouareb : «Le projet bientôt concrétisé»

Le projet de construction d’automobil de marque Peugeot en Algérie est « presque finalisé » et un pacte d’actionnaires sera prochainement signé, a annoncé hier à Paris le ministre de l’Industrie et des Mines, Abdesslam Bouchouareb.

« Il est presque finalisé. Il reste un ou deux petits points à régler », a répondu le ministre à une question de l’APS, à l’issue de sa rencontre avec le Medef-International.

« Je peux vous assurer que lors de la réunion du Comité intergouvernemental de haut niveau, coprésidée par les Premiers ministres des deux pays, que nous serons en situation de signature du pacte d’actionnaires », a-t-il assuré.

En septembre dernier, M. Bouchouareb avait indiqué que les négociations, qui avançaient bien entre les partenaires algérien et français, devraient aboutir dans un « futur proche », affirmant qu’une partie de la production de la future usine sera destinée à l’exportation. 

Une source proche de ce ministère avait précisé que le problème du foncier a été réglé pour l’installation de l’usine dans la région d’Oran, et même que une assiette de 25 hectares a été dégagée pour la sous-traitance. Le projet en question avait déjà été annoncé par le président français François Hollande lors de sa dernière visite à Alger en juin dernier, lorsqu’il avait annoncé l’implantation d’une usine PSA Peugeot Citroën- Algérie.

Mais quelques jours plus tard, l’entreprise a révélé un grand projet d’usine au Maroc qui serait destinée à l’exportation vers le marché africain, ce qui a suscité l’indignation des algériens qui considèrent que les investissements français en Algérie dans le secteur de l’automobile ne sont pas aussi important par rapport à son engagement chez nos voisins marocains, surtout avec les avantages accordés aux constructeurs français comme Renault, qui a pu arracher des privilèges exceptionnels au bout de longues négociations avec la partie algérienne, notamment la clause d’exclusivité de plusieurs années.

D’autres voient dans l’implantation des usines d’assemblage de véhicules un moyen pour répondre à la demande du marché local mais surtout un moyen de relancer la branche automobile en Algérie, conformément à la stratégie de développement économique du pays puisqu’elle comportera un taux d’intégration grâce à un solide réseau de sous-traitance.

Rappelons que pour Renault, la sous-traitance devrait atteindre 40 % et prendre de plus en plus d’importance à mesure que les entreprises algériennes développeront des compétences leur permettant de se conformer aux standards internationaux.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email