-- -- -- / -- -- --
Nationale

Bouchouareb affirme qu’aucune décision n’a été prise pour le quota 2017

Bouchouareb affirme qu’aucune décision n’a été prise pour le quota 2017

Le comité interministériel chargé de définir le quota d’importation des véhicules pour l’année 2017 ne s’est pas encore réuni et aucune décision n’a encore été prise, contrairement à ce qui a été relayé par certains médias, c’est ce qu’a affirmé hier à Alger le ministre de l’Industrie et des Mines, Abdeslam Bouchouareb. 

« La décision n’a pas été prise jusqu’à maintenant pour la simple raison que le comité ne s’est pas réuni par rapport aux licences d’importation des véhicules », a déclaré le ministre à la presse en marge de la Journée d’étude sur la numérisation de la télévision et de la radio.

A ce propos, il a rappelé que les licences d’importation des véhicules relevaient de la « une décision d’un comité présidé par le Premier ministre », ajoutant qu’une réunion de ce comité va se tenir prochainement.

Cette déclaration du ministre de l’Industrie et des Mines intervient suite à une information relayée par plusieurs médias affirmant que le quota d’importation de véhicules pour l’année 2017 a été fixé à 30 000 unités.

Pour sa part, le ministre du Commerce, Abdelmadjid Tebboune, avait indiqué le mois dernier que le quota d’importation de véhicules ne devrait pas dépasser les 50 000 unités en 2017. Le besoin du marché de l’automobile cette année devrait atteindre les 100 000 véhicules. Il sera en grande partie satisfait par la production nationale.

Sellal dépêche une inspection à l’usine Hyundai

Interrogé également sur les informations circulant sur les réseaux sociaux et rapportées par des médias, selon lesquelles l’usine de montage des véhicules Hyundai à Tiaret, de la société Tahkout manufacturing company (TMC) livrerait des véhicules qui n’ont pas été assemblés en Algérie, Abdeslam Bouchouareb a fait savoir que « le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, va dépêcher une inspection mixte comprenant l’Inspection générale des finances, l’Inspection générale des douanes et l’inspection générale de l’industrie ainsi que les représentants de l’Enacta (Etablissement national de contrôle technique automobile), qui vont se déplacer ces jours-ci sur le site de montage, et on verra ce qu’il y a lieu de faire ». 

Dans ce sens, il a également relevé que « TMC a signé un engagement et un cahier des charges, et la première inspection a donné un résultat positif ». Le ministre a avisé avoir signalé, il y a quelques semaines, que « ceux qui s’inscrivent dans l’activité de montage des véhicules seront observés et les conséquences seront tirées au cas où il y aurait des défaillances ».

Pour sa part, le patron du groupe Tahkout a dénoncé une attaque féroce à l’encontre de son groupe, rappelant que les pièces des véhicules passent par la douane et que l’usine dispose d’un agrément du ministère de l’Industrie. « Nous avons un agrément et un cahier des charges que nous appliquons. Il y a des voitures qui sont composées de 56 pièces ; ils disent que je monte seulement les roues, c’est une propagande », s’est indigné Mahiedine Tahkout dans une intervention sur la chaîne Ennahar TV. 

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email