-- -- -- / -- -- --
Nationale

Bouchareb vit-il ses derniers jours de président de l’APN ?

Bouchareb vit-il ses derniers jours de président de l’APN ?

Le SG du FLN, Moad Bouchareb, vit probablement ses derniers jours à la tête du parti. Présidant ce mercredi une séance parlementaire dédiée à la commémoration du 8 mai 1945, il a fait face à une véritable protesta des députés de son parti. Alors qu’il s’apprêtait à prononcer son discours à l’ouverture d’une séance plénière consacrée à la situation politique du pays, les députés de son parti l’ont conspué et lui ont demandé de démissionner. Tout le groupe parlementaire FLN exige son départ de la présidence de la Chambre basse du Parlement, pour être « en phase » avec le mouvement populaire. Les députés affirment qu’ils ne peuvent se déclarer avec le mouvement et en même temps accepter que « Bouchareb reste à la tête de l’APN ».

Ils se disent déterminés à pousser à la démission Bouchareb, qui a accédé à ce poste suite à un coup de force. Le groupe parlementaire du FLN a boycotté la rencontre parlementaire en signe de contestation contre Bouchareb, président de la Chambre basse du Parlement. Les députés FLN, qui ont boycotté la séance au même titre que ceux des partis d’opposition, soulignent : « Nous refusons d’être en faux par rapport au mouvement populaire qui exige son départ. Ce mouvement est salvateur à plus d’un titre et nous, en tant que FLN, nous devons l’accompagner », explique un parlementaire de l’ex-parti unique.

Depuis l’élection de Mohamed Djemaï à la tête du FLN, les relations entre le groupe parlementaire du parti et le président de l’APN se sont tendues et les parlementaires de l’ex-parti unique réclament désormais la démission de Bouchareb.

A rappeler que ce dernier a été déjà poussé à la porte de la tête du FLN pour laisser place à Djemaï, qui a accaparé les clefs du parti. Saïd Bouhadja, qui avait été démis par les députés FLN, RND, MPA et TAJ en raison de son bras de fer avec Djamel Ould Abbès, annonce qu’il saisira le Conseil d’Etat et le Conseil constitutionnel pour être « réhabilité dans son poste de président de la Chambre basse du Parlement ». Il est à rappeler que Saïd Bouhadja avait été empêché d’accéder à son bureau par les députés qui avaient fermé l’entrée du Parlement à l’aide d’un cadenas. Depuis, Bouhadja n’a cessé de réclamer le poste, se considérant toujours comme « le président légitime de l’Assemblée populaire nationale ». Il est allé jusqu’à accuser Bouchareb d’avoir usurpé sa fonction et fait frauduleusement usage de son cachet.

Avant le 22 février personne, au sein du FLN, n’a osé contester la moindre décision émanant de l’instance dirigeante de ce parti, acquise ouvertement à Bouteflika et son clan. Élu SG du parti lors d’une deuxième réunion du Comité central, Djemaï a fait son mea culpa, implorant presque le pardon du peuple auquel il dit appartenir : « Lorsqu’on nous dit dégage, cela nous fait profondément mal. Il y a des moudjahidine parmi nous qui pleurent en entendant FLN dégage », a-t-il déclaré avant d’ajouter : « Nous acceptons les critiques et nous avons le courage de nous excuser de nos erreurs ».

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email