-- -- -- / -- -- --
Nationale

Bouchareb : «aucune réunion n’a été convoquée»

Bouchareb : «aucune réunion n’a été convoquée»

L’Assemblée populaire nationale (APN) a rendu public, dimanche soir, un communiqué qui ne porte aucune signature, ni du bureau de l’Assemblée ni du président de l’APN, Mouad Bouchareb, mais rédigé probablement sous l’influence de ce dernier dans lequel elle précise que son bureau « n’a pas été convoqué en ce jour », ajoutant que « c’est le président de l’APN qui convoque les réunions du Bureau, lesquelles se déroulent sous sa présidence conformément au règlement intérieur de l’APN.

« Au vu des contrevérités contenues dans un document faisant mention d’informations sur une prétendue réunion du Bureau de l’Assemblée nationale, en ce dimanche 30 juin 2019, il convient de rappeler que le Bureau de l’Assemblée, dont les réunions sont convoquées et présidées par le président de l’APN conformément aux articles 18 et 09 du règlement intérieur de l’APN, n’a pas été convoqué en ce jour. Le Bureau tient ses réunions et prend ses décisions en présence de la majorité de ses membres, et de ce fait, ses décisions prises d’une manière officielle ne sauraient être révoquées par une réunion non conforme aux prescriptions juridiques et en présence de celui dont la vacance de siège a été établie et qui a été remplacé selon les procédures constitutionnelles et juridiques suivies en la matière », affirme le communiqué.

Le bureau de l’APN a tenu à ajouter qu’une réunion du Bureau de l’Assemblée « ne saurait se tenir avec seulement cinq membre et en l’absence du président », la voix du président étant prépondérante, sachant que le bureau comprend neuf membres en plus du président. « On ne peut pas prétendre veiller au bon fonctionnement de l’APN et, dans le même temps, tenir des réunions entamant la stabilité de cette dernière et reflétant une image négative à l’opinion publique », ajoute le communiqué. Dimanche dernier, les cinq partis issus de l’ex-alliance ont décidé de « retirer la confiance à M. Mouad Bouchareb en sa qualité de président du Bureau, d’annuler l’ensemble des décisions prises lors de la dernière réunion du Bureau tenue le 27 juin 2019, tout en appelant M. Bouchareb à démissionner immédiatement de la présidence de l’Assemblée en vue de préserver la stabilité de l’institution législative et du pays ».

Selon ces partis, cette réunion était intervenue, selon un premier communiqué, conformément aux dispositions de l’article 18 du règlement intérieur de l’APN et intervenait « au vu des développements qu’a connus récemment l’Assemblée, lesquels ont eu un impact négatif sur le bon fonctionnement de cette instance et engendré un blocage au niveau de ses structures et des groupes parlementaires ». Ces groupes parlementaires issus du FLN, RND, TAJ, Ennahda-Adala-Bina, le Mouvement populaire algérien (MPA) ainsi que le groupe parlementaire des indépendants avaient annoncé, dans un communiqué, l’annulation des deux séances plénières prévues lundi et mardi. Les membres du Bureau de l’Assemblée populaire nationale (APN) et les présidents des groupes parlementaires ont appelé dimanche Mouad Bouchareb, président de l’Assemblée, à démissionner « immédiatement » au vu des récents développements que connaît l’APN, afin de préserver « la stabilité » de l’institution législative et le pays.

« Nous, vice-présidents et membres du Bureau de l’APN réunis le 30 juin 2019 en séance extraordinaire (…) avons décidé de retirer la confiance de M. Bouchareb en sa qualité de président du Bureau, d’annuler l’ensemble des décisions prises lors de la dernière réunion du Bureau tenue le 27 juin 2019 et l’appelons à démissionner immédiatement de la présidence de l’Assemblée en vue de préserver la stabilité de l’institution législative et le pays », a précisé un communiqué, soulignant que cette réunion demeure ouverte. Cette réunion, poursuit le document, « a eu lieu conformément aux dispositions de

l’article 18 du règlement intérieur de l’APN et intervient au vu des développements qu’a connu l’Assemblée dernièrement ayant eu un impact négatif sur le bon déroulement de cette instance et engendré un blocage au niveau de ses structures et des groupes parlementaires, un blocage politique et conduisant l’Assemblée vers l’inconnu et l’instabilité ». Ils onta ussi appelé, dans un autre communiqué, le président de l’APN à démissionner « immédiatement » de son poste « en vue de préserver la stabilité de l’institution législative et le pays », et ce après les développements survenus à l’Assemblée qui « ont créé un blocage au sein de l’APN ayant impacté négativement le bon fonctionnement de l’institution législative, sa stabilité et l’exercice de ses missions ».

Selon eux, cette décision « a été prise à l’ombre de la conjoncture » que connaît le pays et « en réponse aux revendications du mouvement populaire exigeant la démission du président de l’Assemblée dans le but de trouver une solution à la situation politique et rechercher des issues à la crise », a ajouté le communiqué.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email