Blida : Sècheresse culturelle  – Le Jeune Indépendant
-- -- -- / -- -- --


Nationale

Blida : Sècheresse culturelle 

Blida : Sècheresse culturelle 

Parler de bibliothèques ou de salles de spectacles dans des villes comme Blida et Boufarik reviendrait à évoquer un secteur en errance et en parfaite dislocation. Comment susciter l’esprit d’initiative chez les élus locaux non combatifs ? Pour les uns, c’est le manque d’expérience, alors que pour les autres, l’intérêt porté à ce genre de créneau est nul.

En effet, Boufarik, ville de culture par excellence, s’est animée avec l’organisation de quelques festivités par le nouvel Epic culturel et sportif, en déployant des efforts énormes pour rendre joie et gaieté à la ville. 

Mais la culture ce n’est pas seulement chants et madih, c’est aussi lecture, littérature, diverses conférences et journées d’étude, avec la présence d’une bibliothèque digne de ce nom, Hélas ! 

La bibliothèque communale de la ville de Boufarik, qui n’a fonctionné que deux ou trois ans, n’est plus en service depuis des années.  Même durant son fonctionnement, la bibliothèque n’a jamais suscité un quelconque intérêt. Son éloignement du centre-ville ou des autres endroits empêchait étudiants, lycéens ou autres d’y venir pour un quelconque travail ou recherche. 

« Certes, au début, c’était un bien culturel que tout un chacun a applaudi avec joie, mais au fil des mois, personne ne venait vu son éloignement », a affirmé un jeune étudiant. 

En effet, beaucoup d’artistes, tous arts confondus, sont issus de cette ville, mais qui s’en soucie ? Boufarik, troisième ville de la wilaya, s’affirme seconde par ses traditions, sa culture et son histoire. Près de 120 000 habitants sans même une bibliothèque, pas de trace de lecture, non pas faute de lectorat mais d’une volonté de l’administration publique de réserver un espace à la lecture. 

« La restauration de la bibliothèque a été décidée récemment, les travaux débuteront prochainement, avec toutes les commodités nécessaires », a déclaré le P/APC de Boufarik au Jeune Indépendant

C’est également le cas pour la salle le Colisée, salle de cinéma et de théâtre par excellence, fermée depuis plus de 20 ans. 

Trois APC se sont succédé, avec des enveloppes faramineuses, mais en vain. Avec cette nouvelle APC, et en un temps record, les travaux de la salle le Colisée sont à 70 % d’avancement. Toujours selon le P/APC, « son inauguration est prévue soit pour le 1er novembre prochain, soit à la fin de cette année sans faute ». 

Même constat pour la mythique salle de cinéma et de spectacles Mohamed-Touri, qui se trouve au centre- ville de Blida. Cette dernière, en ruine pendant des années, a eu sa part de restauration. Mais les travaux se sont arrêtés et un black-out total y règne actuellement car elle demeure fermée. 

Quant à la bibliothèque, celle-ci étant située dans une bâtisse très ancienne, sa fermeture imminente a été décidée, et cela dure depuis des années, en attendant la construction d’une nouvelle à la cité Djillali-Bounaama, où les travaux ont déjà commencé.

Veuillez activer JavaScript dans votre navigateur pour remplir ce formulaire.

Cet article vous-a-t-il été utile?

Cet article vous-a-t-il été utile?
Nous sommes désolés. Qu’est-ce qui vous a déplu dans cet article ?
Indiquez ici ce qui pourrait nous aider a à améliorer cet article.
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email