Blida : Reprise imminente de la culture du colza oléagineux – Le Jeune Indépendant
-- -- -- / -- -- --


Nationale

Blida : Reprise imminente de la culture du colza oléagineux

Blida : Reprise imminente de la culture du colza oléagineux

Il est prévu que la superficie agricole pour la production de colza atteigne environ 130 hectares au cours de la saison agricole actuelle 2021/2022, car la culture de cette plante sera développée en application de la politique de l’Etat visant à fournir des matières premières largement consommées d’où les denrées alimentaires sont extraites.

L’ingénieur agronome Hadjira Belgharbi, de la direction des services agricoles de la wilaya de Blida, a estimé, dans un communiqué, que l’expérience de l’année dernière concernant la culture du colza oléagineux a été satisfaisante malgré la sécheresse et bien que c’était la première fois dans la wilaya de Blida. Selon Hadjira Belgharbi, la superficie allouée à la culture du colza oléagineux est estimée à environ 130 hectares. En effet, la superficie plantée  de colza a atteint 128 hectares en une semaine, répartis entre les fermes pilotes de Oued El-Alleug, Mouzaïa et d’El-Affroun, en attendant l’implication d’autres agriculteurs qui ont exprimé le désir de planter ce produit, et ce dans le cadre d’une campagne de sensibilisation  menée par les services agricoles de la wilaya auprès de ces derniers.

Concernant l’expérience de l’année écoulée, la responsable a révélé au Jeune Indépendant que la récolte réalisée était de 825,8 quintaux, avec un rendement allant de 4,5 quintaux à 14,4 quintaux par hectare, sur une superficie qui ne dépassait pas 91,7 hectares au niveau de la wilaya.

Elle a tenu à souligner le rôle important que les ingénieurs agronomes ont joué dans l’accompagnement technique des agriculteurs, depuis le stade des semences jusqu’à l’étape finale de la récolte. Il convient de noter aussi que la wilaya a mis plusieurs avantages à la disposition de ces agriculteurs pour les inciter à s’engager dans cette démarche, comme la possibilité de bénéficier du prêt « Errafik » et de transférer directement leur récolte destinée à la consommation à la coopérative de céréales et légumineuses sèches (CCLS), laquelle se charge de l’acheter à la place des particuliers, comme ce fut le cas l’année dernière.

Pour rappel, cette expérimentation s’inscrit dans le cadre d’un ambitieux programme du ministère de l’Agriculture pour le développement de la culture du colza, qui est considéré comme une culture industrielle (oléagineuse et sucrière, maïs, etc.) pour les quatre prochaines années, avec pour objectif de réduire les importations, notamment celles d’huiles alimentaires, de sucre et de fourrage.

Veuillez activer JavaScript dans votre navigateur pour remplir ce formulaire.

Cet article vous-a-t-il été utile?

Cet article vous-a-t-il été utile?
Nous sommes désolés. Qu’est-ce qui vous a déplu dans cet article ?
Indiquez ici ce qui pourrait nous aider a à améliorer cet article.
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email