-- -- -- / -- -- --
Nationale

Blida : Les résultats du bac : entre joie et peine

Blida : Les résultats du bac : entre joie et peine

Les nerfs tendus par l’attente stressante des résultats du bac ont fini par se libérer sur un fond de célébration hystérique à Blida.

Nuit blanche pour les uns, nuit sombre pour les autres, dès l’annonce, jeudi dernier, des résultats du bac session 2021, la joie et la déception ont marqué le climat accompagnant ces résultats à Blida. Entre bonheur de réussite et déception, c’est une autre année scolaire qui s’achève pour la wilaya avec 67,23% de taux de réussite et une meilleure moyenne de 19,03/20 à l’échelle de la wilaya, attribuée à l’élève Karés Lina en sciences expérimentales du lycée Diar El-Bahri. Il convient de noter aussi que 39 élèves ont eu une moyenne supérieure à 18. Bien que loin de la moyenne nationale, ce sont là des résultats positifs pour Blida, qui remonte ainsi la pente comparativement aux années précédentes.

Cela témoigne, du moins dans la wilaya de Blida, de la stabilité du secteur de l’éducation, et ce en dépit de la situation sanitaire. Un constat qui mérite, à plus d’un titre, la célébration de cette belle réussite enregistrée par les lycéens de la wilaya de Blida. Effectivement, dès la proclamation des résultats du bac, des youyous se sont élevés dans les foyers et les klaxons de voitures ont résonné dans toutes les communes de la wilaya. Si pour les recalés de cet examen phare la nuit du jeudi a été sombre, cela a été une nuit blanche pour les admis de toute la wilaya. Depuis la ville de Meftah à l’est jusqu’à El-Djebabra à l’ouest, en passant par le chef-lieu de la wilaya Blida, le déchaînement a été hystérique, donnant lieu à un élan de joie des admis et de leurs familles. Chants et zorna, sous les feux d’artifice et les fumigènes, ont animé la wilaya jusqu’à l’heure du confinement.

Cet examen est la première marche vers un avenir assuré. «Il faut bien savourer le goût de la réussite», dit une maman rencontrée devant le lycée de son fils. Cette maman qui a vécu le stress des révisions mais surtout celui de l’attente. «Une réussite qui mérite d’être célébrée», nous dit-elle. Elles ont été des centaines, voire des milliers, comme cette maman et ce papa à avoir donné l’élan à une

joie sans égal. Une célébration qui, selon certains parents, ne fait que commencer. En effet, si pour les familles décrocher de bonnes notes après de longues nuits d’efforts et de labeur n’est que justice rendue, ce n’est pas le cas pour le bac, considéré comme une épreuve décisive pour le cursus de leurs progénitures et donc c’est un événement qu’ils ne peuvent passer sous silence. Si certains font la fête chez eux, d’autres optent pour des célébrations dans des salles de fêtes. Hélas, ce ne sera pas le cas cette fois-ci, protocole sanitaire oblige. Caprice du statut social ou sacrifice parental, la réussite au bac pousse les parents à débourser, sans modération, pour la prunelle de leurs yeux, car ils estiment que les dépenses de la fête sont dérisoires devant tout le bonheur que procure la joie de la réussite du bac.

Une joie qu’ils partagent avec ceux qui leur sont chers et avec qui ils souhaitent partager leur liesse. Bien que le bac ait de tout temps bénéficié d’une attention particulière, il semblerait que cette attention se soit, au fil du temps, transformée en obsession démesurée.

Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email