-- -- -- / -- -- --
Culture

Blida : L’écrivain Mohamed Hussein Talbi, honoré

L’Association Mémoire et patrimoine culturel de Blida, en coordination avec l’Association des journalistes et correspondants de la wilaya de Blida, a rendu un vibrant hommage à l’écrivain algérien résidant aux Emirats arabes unis, Mohamed Hussein Talbi, lors d’une cérémonie organisée au siège de ladite association, en présence d’un parterre d’éminents écrivains et poètes.

Appelé par ses pairs ‘’ l’ambassadeur de la culture algérienne au Moyen-Orient Mohamed Hussein Talbi est compté parmi ceux qui ont contribué à l’introduction de la révolution algérienne et de la culture de l’Algérie, son pays natal, dans les pays de l’Orient) par ses œuvres et ses écrits. C’est ce qui lui a permis d’être membre influent du Forum culturel arabe dans l’Etat de Shardjah (Echarika), aux Emirats arabe uanis, qui regroupe tous les intellectuels de la communauté arabe dans ce pays. Il y a d’ailleurs présenté la révolution algérienne au cours de plusieurs colloques et conférences.

L’écrivain Mohamed Hussein Talbi est né en 1948 à Annaba, où il a commencé sa formation à l’Association des musulmans d’Annaba, jusqu’à sa fermeture par les autorités coloniales en 1956. Son père était aussi membre de cette dernière. Il a terminé ses études secondaires entre les deux lycées Saint-Augustin à Annaba et Abane-Ramadane à Alger où il resta jusqu’en 1968, l’année où il quitta l’Algérie pour la Syrie dans le cadre d’une mission du ministère de l’Education nationale pour le soutien de la langue arabe. Il termina sa formation universitaire à l’université d’Alep, d’où il en sortit diplômé en 1976 de la faculté de génie mécanique.

Après l’obtention de son diplôme, il revint en Algérie et y travailla à l’usine sidérurgique d’El-Hadjar, à Annaba, pendant une période de six mois. Après cette courte durée à Annaba, il s’installa à Blida pour y travailler et y resta une courte période qu’il qualifie d’enchanteresse et durant laquelle il a accumulé de nombreux souvenirs avant de quitter l’Algérie, une fois encore, pour des circonstances particulières. Il alla au Koweït et y resta 10 ans. En 1991, lorsque l’Irak a attaqué le Koweit, l’écrivain Mohamed Hussein Talbi rentra au pays.

Il y travailla au ministère de la Formation professionnelle jusqu’en 1993, avant de partir à nouveau, pour s’installer, cette fois-ci, aux Emirats arabes unis où il exerce, depuis cette époque, comme ingénieur dans une firme étrangère en travaux mécaniques et électriques. L’écrivain a écrit 19 œuvres dont Bab Touma, Bab Al-Faradj ; le Cimetière des juifs, plus fort que les larmes ; Dounya Bint el-Arab ; El-Hirak ; les Filles de Fatima ; Délire d’énigmes ; Joueurs avec le vent ; la Couleur des Aurès l’Etrange parole.

Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email