-- -- -- / -- -- --
Lifestyle Santé

Diagnostic du cancer : plaidoyer pour un meilleur dispositif d’annonce

Diagnostic du cancer : plaidoyer pour un meilleur dispositif d’annonce

De nombreuses personnes qui découvrent pour la première fois qu’elles ont un cancer sont exposées à de forts traumatismes et à des dépressions nerveuses.

Elles tendent à l’introversion et à l’isolement, refusant même tout traitement. Les troubles mentaux peuvent persister ; elles vivent alors dans la peur et l’anxiété, le cancer signifiant la mort pour beaucoup d’entre elles.

Les progrès concernant les méthodes de traitement et les médicaments font du cancer une maladie qui ne diffère pas tellement des autres maladies, en particulier lorsqu’il est découvert à un stade précoce. Annoncer au patient qu’il a un cancer est l’une des étapes les plus difficiles pour lui et sa famille.

Selon des spécialistes qui se sont réunis lors d’un forum, organisé à distance par l’Association El-Badr, sur le soutien psychologique et social aux personnes atteintes de cancer, le choc que reçoit le patient lorsqu’il découvre être atteint du cancer et son exposition à la dépression nerveuse et à d’autres états émotionnels sont dus à l’absence de consultations liées à l’annonce de la maladie aux patients. En effet, certains médecins annoncent la maladie d’une manière inconsidérée, ce qui augmente leur souffrance psychologique et ne les aident pas dans le traitement.

Dans ce contexte, Mme Zahia, une patiente atteinte d’un cancer, déclare : «Lorsque le médecin a vu les résultats des analyses ainsi que le bilan du scanner, il m’a annoncé la nouvelle avec une grande indifférence. Ce fut une annonce très violente. Je suis tombée et j’ai commencé à crier.

C’est grâce à un spécialiste en oncologie que j’ai repris espoir. Celui-ci m’a annoncé que j’étais atteinte d’un cancer du sein de manière déontologique, en me disant que l’espoir de guérison est grand avec une chimiothérapie, une radiothérapie et une intervention chirurgicale.»

Une autre patiente présente au forum insiste sur la nécessité de la présence d’un psychologue avec le médecin lors de l’annonce du résultat au patient, ou du moins à travers une présentation indirecte. En effet, un terrible choc peut grandement affecter sur le traitement du patient, sa vie psychologique et physique. Pour rappel, les examens des cancéreux ne sont pas remboursés par la sécurité sociale, outre l’absence de services hospitaliers spécialisés dans le traitement du cancer dans tous les wilayas.

Ahmed Boudjela, spécialiste en oncologie, déclare que les troubles psychologiques du patient commencent par les tests. Le patient a dès lors peur des résultats de ses analyses. Il ajoute qu’annoncer la maladie est difficile pour le médecin et l’aspect psychologique doit toujours être pris en compte.

Le patient doit trouver la force d’accepter la maladie et le traitement en même temps, ajoute-t-il. Quiconque accepte la maladie aura de grandes chances de guérir, contrairement à ceux qui ne l’acceptent pas. M. Boudjela explique que le cancer n’est pas lié au premier moment de l’annonce de la maladie, il nécessite plutôt un accompagnement psychologique constant, de sorte que le patient puisse être guéri de la maladie.

Dans un autre contexte, le Dr Mohamed Chekali, spécialiste des maladies mentales et sous-directeur du ministère de la Santé et de la Population, indique que le médecin doit choisir les circonstances et le moment appropriés pour annoncer la maladie au patient, et cette annonce doit être accompagnée de l’annonce des moyens de traitement avec une lueur d’espoir.

La psychologue clinicienne Leila Hassas Boumghar a souligné que les techniques de soutien psychologique ont évolué et ne sont plus basées uniquement sur l’écoute et le soutien psychologique.

Elle a indiqué qu’il existe des techniques modernes de traitement des traumatismes, y compris la technique de la liberté émotionnelle, laquelle s’est avérée efficace dans le traitement.

Le vice-président de l’Association Al-Badr pour l’assistance aux patients cancéreux, Yassin Tourkman, déclare que la prise en charge d’un patient atteint de cancer est coûteuse et fatigante, que ce soit en termes de traitement ou de soutien psychologique et social. Il a

déclaré que le cancéreux, quel que soit son niveau financier, est incapable de faire face à tous les frais de son traitement.

Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email