-- -- -- / -- -- --
Monde Asie

« Black Friday », des alertes pour les Etats-Unis

« Black Friday », des alertes pour les Etats-Unis
Un coup de marketing en suspens

Dans la matinée  du fameux « Black Friday », une foule immense entre en criant dans un magasin qui vient d’ouvrir ses portes pour se ruer sur des marchandises. Voilà une scène habituelle du festival de promotion américain « Black Friday ». Cependant, cette année, il est bien difficile de revoir une telle scène.

Selon un reportage de Washington Post, dans un supermarché Wal-Mart situé dans la zone nord-ouest de Washington, la fréquentation de clients était de très petite quantité. Seulement quelques clients choisissant les marchandises avec insouciance. Le magasin Macy’s, qui est à quelques kilomètres de loin, est confronté à la même situation difficile. « Les vendeurs sont voire plus nombreux que les clients. »

Selon les chiffres publiés par l’établissement américain d’analyses du secteur de vente en détail, RetailNext, la fréquentation chez les magasins physiques au cours de « Black Friday » a connu une baisse de 48% en glissement annuel, et le montant de vente a, quant à lui, diminué de 30%. Les données préliminaires d’un autre établissement d’analyses Sensormatic Solutions montrent que la fréquentation des magasins physiques américains a subi une diminution de 52%. Face à une baisse brutale du nombre de visites, le secteur américain de la vente en détail a du mal à réaliser le rêve d’atteindre le pic de la vente au jour de « Black Friday ». On se demande ce qui s’est passé aux Etats-Unis.

La raison réside tout d’abord dans la persistance de l’épidémie. Pour Brian Field, analyste de Sensormatic Solutions, les Américains font des courses de façon plus motivée lors du « Black Friday », en raison de la pandémie de COVID-19 et de la règle de garder la distanciation sociale, ce qui a conduit à la « réduction notable » de la fréquentation.

De plus, certains consommateurs se tournent vers l’achat en ligne. Adobe Analytics a compté les chiffres de vente de 80 parmi les 100 premiers sites Internet du commerce électronique des Etats-Unis. Les données montrent que leurs montants de vente en ligne ont atteint 9 milliards de dollars au jour du « Black Friday », soit une croissance de 22% par rapport à la même période de l’année dernière.

En cette saison de promotion, Trisha Stuart, une infirmière en retraite qui habite dans l’Etat de l’Arizona, ne dépensait que 200 dollars pour l’achat en ligne. Pour elle, « la pandémie nous rend tourmentés ». On n’achète que des articles de nécessité journalière. Les idées de Trisha sont très représentatives aux Etats-Unis d’aujourd’hui. Due à l’incapacité de l’administration américaine à l’égard de la lutte contre le COVID-19 en 2020, la persistance de l’épidémie et la chute de l’économie ont affecté la vie quotidienne de nombreux Américains.

Avec la présidentielle, les élections du Congrès et la confrontation des deux partis, les Etats-Unis s’affrontent actuellement au « fonctionnement à vide » de certaines de leurs politiques économiques. Deux mesures de subvention visant à la pandémie, promulguées par l’administration américaine, arriveront à expiration le 26 décembre. Si la subvention spéciale ne voyait pas le jour, 13,7 millions de personnes risqueraient de perdre leur subvention. Selon un commentaire de Reuters, cela signifie que des millions de familles américaines connaîtront une chute considérable de leurs revenus après les vacances de Noël et qu’elles auront plus de difficultés à payer le loyer et les objets de première nécessité quotidienne.

Les analyses indiquent que des dizaines de millions de populations en chômage, sans aide de subvention, apporteront plus de maux pour l’économie américaine qui s’enfonce dans l’embarras. Il est à noter que les dépenses de la consommation individuelle représentent quasiment 70% du PIB américain. Néanmoins, la persistance de l’épidémie porte un coup dur à la confiance en consommation.

L’actuelle administration américaine a placé ses intérêts égoïstes politiques au-dessus de la vie des Américains depuis plus de six mois, les « effets négatifs » des dispositifs non professionnels apparaissent en ce moment. La faiblesse de la reprise de l’économie, la faillite d’un grand nombre d’entreprises, la montée du taux de chômage et le fossé entre riches et pauvres…les Américains sont les plus touchés par ces tragédies, surtout les gens et familles à faibles revenus.

L’économie américaine est condamnée à entrer dans une nouvelle année à l’ombre du COVID-19. Comment contrôler efficacement l’épidémie, comment éviter que plus d’Américains perdent leur travail et comment renforcer la confiance des consommateurs et relancer l’économie…ce sont autant d’alertes que les autorités américaines devaient tirer du « Black Friday » de cette année.

 

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email