-- -- -- / -- -- --
Lifestyle Santé

Besoin fréquent d’uriner : de causes à effets

Besoin fréquent d’uriner : de causes à effets

Si notre vessie nous réveille en plein milieu de la nuit, on se demande peut-être si cela doit nous en inquiéter.

En règle générale, se lever une fois à deux fois n’a rien d’anormal. La principale fonction des reins est de filtrer les toxines du sang et de les concentrer dans les urines.

Dans la journée, nous allons aux toilettes environ une fois toutes les deux à quatre heures, selon notre degré d’hydratation et notre consommation excessive de liquides. En revanche, la nuit, le corps sécrète des hormones qui vont concentrer davantage les urines que pendant la période diurne, ce qui permet d’éviter lesdits réveils nocturnes répétés.

L’élévation anormale du nombre de miction par jour (ou par nuit) caractérise la pollakiurie ou « vessie hyperactive ». C’est un symptôme non une maladie présente dans plusieurs pathologies urinaires.

Le terme « pollakiurie » (ou vessie hyperactive) signifie un besoin d’uriner trop fréquemment, parfois plusieurs fois par heure. En cause : le muscle pelvien, qui se situe au niveau inférieur de la vessie, se contracte trop souvent, ce qui provoque l’envie d’uriner alors que la vessie n’est pas pleine. La quantité d’urine émise au cours d’une journée n’est cependant pas augmentée, les mictions sont juste de plus petit volume. Parallèlement, d’autres signes de troubles de la miction peuvent être présents, comme la nécessité de forcer pour uriner, ou l’existence de gouttes retardataires, de fuites, ou de brûlures. La pollakiurie n’est pas toujours associée à l’envie pressente d’uriner.

Plusieurs maladies inflammatoires, comme l’urétrite, la cystite ou la prostatite peuvent entraîner une pollakiurie. Des affections prostatiques, notamment l’hypertrophie bénigne de prostate ou le cancer de la prostate, sont souvent suspectées chez l’homme. Des maladies causant une hyperactivité du muscle Détrusor, le muscle de la miction, sont également des causes fréquentes. Enfin, des origines psychologiques sont possibles.

La pollakiurie diurne survient essentiellement la journée et est due à une irritation au niveau d’un organe des voies urinaires. Les causes d’irritation sont l’inflammation de la vessie appelée « cystite » (classiquement nommée « infection urinaire »), la prostatite (inflammation de la prostate), ou l’hypertrophie bénigne de prostate chez l’homme.

La pollakiurie nocturne gêne essentiellement la nuit, et se quantifie par le nombre de levers nécessaires pour aller uriner. L’hypertrophie bénigne de prostate se découvre classiquement par cette pollakiurie nocturne.

À noter que la pollakiurie est très fréquente chez la femme enceinte et peut survenir dès le début de la grossesse. Elle est due aux changements hormonaux et à la pression de l’utérus sur la vessie et elle cesse après l’accouchement. Pendant la grossesse, la pollakiurie diurne touche 59 % des futures mamans au cours du 1er trimestre, 61 % pendant le 2e et 81 % en fin de grossesse.
La pollakiurie concerne 66 % des futures mamans au cours du 3e trimestre. En cas de symptômes associés comme des brûlures ou des écoulements, il ne faut pas hésiter à consulter son médecin traitant pour rechercher une infection à traiter sans tarder.

La nycturie :

La nycturie désigne le fait d’uriner plusieurs fois durant la nuit. Ce problème concerne plus généralement les personnes âgées, mais il peut survenir à tout âge. Elle révèle un dysfonctionnement dans l’organisme.

Les différentes causes de la nycturie

Plusieurs facteurs de risques peuvent être associés à un syndrome de vessie hyperactive, parmi lesquels les infections urinaires, l’obésité ou le tabagisme. La ménopause ou la grossesse sont susceptibles d’entraîner une hyperactivité de la vessie. Elle fait aussi partie des effets secondaires de certains médicaments. Certaines affections ou maladies peuvent être associées au syndrome de vessie hyperactive : des maladies neurologiques comme la maladie de Parkinson ou la sclérose en plaque, les séquelles d’un accident vasculaire cérébral ou une chirurgie de la prostate chez l’homme. La vessie hyperactive concerne autant les femmes que les hommes, même si les hommes sont généralement moins affectés par la notion d’incontinence d’urgence.

Le cycle de sommeil étant interrompu, les personnes qui souffrent de nycturie souffrent aussi de fatigue. À long terme, les symptômes de ce trouble peuvent diminuer considérablement la qualité de vie des patients concernés.

Les causes de la nycturie

Il n’est jamais agréable de devoir se lever au milieu de la nuit pour aller aux toilettes afin de soulager une envie nocturne pressante qui interrompt brutalement le cycle du sommeil. Les médecins nous indiquent que ce problème est fréquent, notamment chez les hommes de 55 à 70 ans.

Ce phénomène est généralement dû à l’hyperplasie de la prostate, un trouble qui cause l’augmentation de la taille de cet organe et qui vient alors obstruer partiellement l’urètre. Cela entraîne donc une impossibilité pour la vessie de se vider complètement, et engendre des envies pressantes d’uriner.

Chez la femme, les raisons de ces mictions nocturnes sont différentes, et sont généralement liées à une maladie plutôt bénigne. Néanmoins, les femmes doivent s’en soucier dès lors qu’elles se lèvent plus de deux fois par nuit pour aller aux toilettes.

Les causes potentielles de ce trouble.

  • L’insomnie

Il est fréquent que les personnes qui souffrent d’insomnie aillent plus régulièrement aux toilettes durant la nuit. Ce n’est donc pas un indicateur de la présence d’une maladie. Il faut alors se détendre, aller aux toilettes pour soulager cette envie pressante, et bien se relaxer pour se rendormir. Ces mictions sont uniquement dues à des troubles du sommeil, et il ne faut donc pas s’alarmer.

  • Le syndrome de la vessie hyperactive

Ce syndrome touche notamment les femmes âgées et, en règle générale, elle est associé à d’autres maladies comme la cystite, le diabète de type 2, ou des hémorragies cérébrales. Ce problème survient surtout à un âge avancé, et n’est que le symptôme d’une autre maladie.

  • La cystite

La cystite touche essentiellement les femmes jeunes et elle se manifeste par des envies pressantes régulières. Des douleurs ou une sensation de lourdeur dans la vessie se manifestent. Pour soigner une cystite, il est nécessaire d’identifier la cause de son apparition. Elle peut être provoquée par une bactérie ou par un problème rénal.

  • La nycturie peut être liée à la consommation de médicaments

C’est un facteur très important à ne pas négliger. De nombreux médicaments stimulent la production d’urine et peuvent enflammer la vessie, voire les reins. Si vous suivez un traitement pharmacologique, ne sous-estimez jamais les effets secondaires qu’il peut entraîner.

  • Le diabète

La présence de glucose dans le sang entraîne une augmentation de la production d’urine, une déshydratation importante, une augmentation de la sudation, et la nycturie. Si de tels symptômes se présentent et que vous vous levez entre 3 et 6 fois par nuit pour aller aux toilettes, mieux vaut consulter.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email