-- -- -- / -- -- --
Nationale

Benyounès : «La réussite dépend de son économique et de sa justice sociale»

Benyounès : «La réussite dépend de son économique et de sa justice sociale»

Le président du Mouvement populaire algérien (MPA) a déclaré hier, dans l’espace de la maison de la culture Mouloud-Mammeri de Tizi Ouzou, que ceux qui nourrissent l’espoir de voir les militaires faire un coup d’Etat pour le redressement du pays ne font en réalité que nourrir des illusions.

« Il n’y aura jamais de coup d’Etat militaire en Algérie, articulera Amara Benyounès, car l’armée algérienne est une armée républicaine et légaliste ! ». Il faut reconnaître que le président du MPA n’a pas mâché ses mots à l’issue du meeting qu’il a animé dans le cadre des élections législatives, et ce au profit bien entendu de ses candidats à Tizi-Ouzou, mais sans toutefois verser dans l’insulte contre ses « détracteurs ».

En effet, dans un kabyle châtié, complété de temps à autre par des expressions en français, il n’a pas caché son aversion pour le socialisme en soulignant que ce régime n’a jamais réussi dans aucun pays au monde. « Même les pays comme la Chine, le Vietnam ont abandonné le régime socialiste pour un autre », a-t-il soutenu.

« Nous ne pouvons pas construire l’Algérie avec le socialisme ! », a encore martelé l’orateur pour avancer ensuite l’idée que la réussite du pays dépend fondamentalement de l’efficacité économique et de la justice sociale.

Toutefois, il déplorera le manque d’enthousiasme des jeunes pour le travail nonobstant le chômage endémique qui prévaut au pays, particulièrement en Kabylie. « En général, les jeunes demandent tous des emplois comme chauffeur ou agent de sécurité et de préférence la nuit pour pouvoir dormir un peu », a-t-il soutenu avec un ton humoristique.

Amara Benyounès plaidera fortement pour la réhabilitation de la valeur du travail avant de passer au chapitre portant tamazight. Là, il fera d’abord l’historique de la lutte pour la reconnaissance de cette langue ancestrale, soit des événements d’avril 1980 où il était acteur jusqu’aux événements tragiques de 2001 en passant par la grève du cartable de 1994 – 1995.

Tout en rendant un vibrant hommage à tous les acteurs impliqués dans le combat pour tamazight, Amara Benyounès a indiqué que le combat qui reste à faire pour tamazight est celui des scientifiques. 

« Les partis politiques ne doivent plus s’occuper de tamazight », a clamé le président du MPA, car leur mission sur cette question est terminée. » Abordant ensuite la question de la sécurité nationale. Il a qualifié le Printemps arabe de supercherie occidentale, car l’intérêt de l’Occident n’est aucunement la démocratie dans ces pays arabes connaissant une violence et une destruction inouïes.

« Je lance un appel à l’Occident à partir d’ici, Tizi-Ouzou, pour lui dire ceci : Est-ce que la mort de Saddam Hussein a réglé le problème irakien ? Est-ce que la mort de Mouamaâr El Khaddafi a réglé le problème libyen ? Et est-ce que la mort de Bachar El Assad réglera le problème de la Syrie ? ».

Parfait connaisseur de la science de géopolitique et de géostratégie, le premier responsable du MPA a dévoilé l’objectif de l’Occident en Syrie : Faire tomber le régime de Damas et s’installer à sa place car de l’autre côté de la barrière, c’est le camp des terroristes.

C’est sur ce même chapitre qu’il a mis en avant le paradoxe hypocrite de l’Occident. « En Libye, il (l’Occident) appelle les gens qui ont pris les armes contre le régime de Tripoli des « combattants » alors qu’il les appelle des « terroristes » au Mali. Et pourtant, ce sont ces mêmes groupes armés en activité en Libye qui ont rejoint le Mali pour faire les mêmes activités. Même chose en Syrie.

Dans ce pays, l’Occident qualifie ce groupe armé de « combattant » alors que ce même groupe agissant en Europe est qualifié de « terroriste », a indiqué Amara Benyounès pour ensuite appeler les Algériens à la vigilance.

« Vis-à-vis de l’Algérie, poursuit le président du MPA, l’Occident cherche à trouver le fallacieux prétexte d’absence de démocratie ». Dans le but de contrecarrer le plan de l’Occident, l’orateur a suggéré la construction de la démocratie en Algérie.

C’est dans ce même dossier sécuritaire que le N° 1 du MPA rendra un vibrant hommage à l’ANP, aux corps de la police et de la gendarmerie ainsi qu’aux patriotes et GLD qui ont réussi à mener vaillamment une lutte contre le terrorisme. Benyounès a insisté sur l’importance de la démocratie à construire, car l’avenir de l’Algérie dépend de ce paramètre.

Plus loin, il appellera les citoyens à voter massivement le 4 mai prochain. Revenant sur le cas de la Kabylie, l’orateur a plaidé pour le retour à la paix car « sans la paix » il ne peut y avoir d’investissement. Il a indiqué que l’agitation doit cesser en Kabylie.

Il a également appelé à la libération du foncier et à mettre un terme aux oppositions citoyennes. Avant de conclure, il est revenu sur le fameux dossier des boissons alcoolisées. Il avouera que ce sont les tenants du marché informel qui ont été derrière son infortune. Il informera l’assistance que plus de 70% du marché des vins et liqueurs sont de l’informel.

« Et croyez-moi que ce marché de l’alcool est loin d’être une pacotille », a conclu l’orateur non sans avoir déploré l’absence d’appuis et de soutiens. « On ma laissé seul. On m’a tiré dessus, notamment ces « militants » de facebook », a-t-il regretté

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email