-- -- -- / -- -- --
Nationale

Bengrina appelle à un dialogue urgent

Bengrina appelle à un dialogue urgent

Le président du mouvement El Bina, Abdelkader Bengrina, a appelé ce vendredi  à « un dialogue urgent et inclusif » pour faire face à la grave économique exacerbée depuis peu par la pandémie de Covid-19, faute de quoi le pays court à l’effondrement.

Faisant part de sa crainte de voir le pays menacé d’effondrement, Bengrina met en garde contre « une crise qui s’exacerbe et se complique jour après jour, du fait de la propagation du coronavirus et de ses impacts mortifères sur tous les secteurs ». Il invite ainsi les « élites » à « laisser en suspens leurs différends et à adhérer à une démarche de dialogue afin de sauver ce qui peut l’être ».
Il estime que « le gouvernement et toutes les institutions de l’Etat sont dépassés par la crise actuelle compte tenu du fait que ses répercussions s’avèrent d’emblée destructrices » .
Pire encore, met-il en garde, elle menace la sécurité alimentaire de la nation et la cohésion de la société, voire la stabilité entière du pays. 

« Nous sommes face à une vraie catastrophe. Il ne s’agit nullement d’une conjoncture passagère, compte tenu des conséquences destructrices de la pandémie de coronavirus  », écrit-Bengrina sur sa page Facebook.

Et de poursuivre sur la gravité de la situation : « Des centaines de milliers de personnes vont certainement perdre leur poste d’emploi, des centaines de milliers de familles ne vont pas percevoir leurs salaires et des centaines d’entreprises vont inévitablement annoncer leur faillite ». Il évoque également l’incapacité du gouvernement à être à la hauteur de ses engagements annoncés au peuple en grande pompe depuis son installation en début d’année. 
« Le gouvernement ne pourrait certainement pas tenir ses promesses et ses engagements sociaux envers le peuple », poursuit le leader d’El Bina dans sa publication. Il considère que la responsabilité incombe à toutes les composantes de la société, insistant sur un dialogue qui n’exclut personne pour éviter une catastrophe imminente. 
Les autorités, le gouvernement, les élites, le pouvoir et l’opposition devront assumer leur responsabilité et faire des concessions en faveur d’un « dialogue », dans le but de « sauver le pays » et de surmonter cette crise avec le moins de dégâts et de coûts possibles.

Lire aussi: Mouvement El Bina appelle à un dialogue sans exclusion

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email