-- -- -- / -- -- --
Nationale

Benghebrit retire le manuel de géographie

Benghebrit retire le manuel de géographie

Le ministère de l’Education nationale a décidé le retrait immédiat du livre scolaire de géographie de la première année moyenne suite à la constatation d’ »une erreur » dans une page du manuel, a indiqué jeudi, un communiqué du ministère.

« Suite à la constatation d’une erreur dans une page du manuel de géographie de la 1re année moyenne, édité par l’entreprise nationale des arts graphiques (ENAG, secteur public), le ministère de l’Education nationale a ordonné le retrait immédiat du manuel de géographie en exigeant de l’éditeur d’apporter les rectifications nécessaires ». 

D’autre part, ajoute le communiqué, « le ministère a décidé l’ouverture d’une enquête et confirme que la version homologuée du manuel en question ne comportait pas cette erreur (ndlr : « Israël » au lieu de « Palestine » sur la carte de géographie du monde) laquelle relève de la responsabilité de l’éditeur en question ».

Le ministère de l’Education procédera au retrait immédiat du manuel en exigeant de l’éditeur concerné de changer la page qui contient l’erreur par une autre comportant des informations exactes, précise le ministère. Le livre scolaire de géographie s’adressait aux élèves de la première année moyenne qui montrait une carte où le nom de l’entité sioniste, Israël, figurait à la place de la Palestine.

Sans assumer la responsabilité de cette impardonnable « erreur « , dans la mesure où une commission de lecture opérant sous la tutelle du ministère de l’Education est censée relire l’ensemble des manuels scolaires, et sans préciser la nature de cette erreur, le ministère de l’Education nationale a indiqué avoir pris la décision de retirer le livre scolaire de géographie en exigeant de l’éditeur d’apporter les rectifications nécessaires.

D’autre part, le ministère a décidé l’ouverture d’une enquête et confirme que « la version homologuée du manuel scolaire en question ne comportait pas cette erreur. »

Il a été souligné que « l’erreur est la responsabilité de l’éditeur ». Il convient de souligner que cette affaire n’a pas manqué de susciter l’émoi chez les Algériens qui interpellent les plus hautes autorités à « revoir la copie » concernant l’école.

D’aucuns estiment que cette « erreur monumentale » n’est que le résultat d’une « réforme prise à la hussarde ». En effet, plusieurs organisations civiles et politiques, des collectifs d’intellectuels et autres associations de parents d’élèves ont souligné le fait que ces réformes ne cadraient pas avec les référents identitaires de la nation algérienne.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email