-- -- -- / -- -- --
Nationale

Benghabrit rassure sur les cours

Benghabrit rassure sur les cours

Pour faire face à la grève décidée par l’Intersyndicale de l’éducation pour les 26 et 27 de ce mois, la ministre de l’Education nationale compte prendre les dispositions nécessaires pour assurer la continuité des cours pour les élèves.

Une question sur laquelle l’inspecteur général de l’administration de l’éducation nationale, Benhaoued Abdelkader, a tenu à rassurer les élèves et leurs parents, notamment les élèves en classes d’examen (5e AP, bem et bac). « Les élèves auront leurs cours malgré la grève », a-t-il affirmé. Benhaoued intervenait, hier, sur le plateau d’une chaîne TV, pour faire état des dispositions prises par le ministère de l’Education pour faire face à la grève nationale initiée par l’intersyndicale et annoncée pour les 26 et 27 février. Il a ainsi a affirmé que les élèves allaient seront regroupés dans des classes communes, ajoutant que les cours allaient être assurés par d’autres enseignants. Puisque, dit-il, « tous les enseignants ne sont pas en grève ».

De plus, ajoute-t-il, des directeurs d’établissement seront mobilisés pour assurer la continuité du programme. Par cette annonce, la ministre entend signifier qu’elle pourra encore maîtriser la situation de son secteur, mis à part les rencontres de dialogue avec les différents syndicats du secteur. L’intersyndicale a, dans ce contexte, remis en question les projets de PV issus des discussions avec la ministre de l’Education, dont le contenu serait, selon elle, « en totale contradiction avec ce qui a été dit dans les réunions avec les responsables en ce qui concerne la majorité des dossiers ». Par ailleurs, la grève annoncée par six syndicats de l’éducation (Snapest, Unpef, Satef, Snte, Cela, et Cnapest) est motivée par le mutisme affiché jusqu’ici par le ministère de tutelle face à leurs revendications. Ces dernières portent sur « le statut particulier, le maintien de la retraite proportionnelle et de la retraite sans condition d’âge, l’abrogation définitive de l’article 87 bis (de la loi de finances de 2015) et la création d’une prime spécifique aux corps communs et ouvriers qualifiés », ou l’application du décret présidentiel 266/14, qui reclasse les enseignants détenteurs de licence ou de DEUA dans la catégorie 12 de la grille indiciaire des salaires au lieu de la 11 actuellement.

Les syndicats réclament également « la préservation des libertés syndicales et la participation au projet du nouveau code du travail. Rappelons que la coalition avait décidé de se retirer collectivement de la charte d’éthique du secteur, signée conjointement avec le ministère de l’Éducation en novembre 2015. Ces formations syndicales avaient aussi décidé de boycotter toutes les activités ainsi que toutes les réunions officielles organisées par la tutelle aux niveaux national et local.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email