-- -- -- / -- -- --
Nationale

Benflis démissionne de la présidence de son parti

Benflis démissionne de la présidence de son parti

Il aura tenu sa promesse de partir juste après la présidentielle. Le président du parti Talaie El Hourriyet, Ali Benflis, a annoncé ce samedi sa démission de la présidence du parti. L’intérim sera assuré par le secrétaire général du Bureau politique jusqu’à la tenue du congrès du parti dont la date n’a pas été fixée, mais qui aura lieu durant le premier semestre 2020. 
Suite à sa débacle à la présidentielle, Benflis n’a pas vraiment caché son amertume, refusant de dévoiler davantage ses sentiments après l’annonce des résultats définitifs.
Candidat à la magistrature suprême en 2004 alors qu’il était SG du puissant appareil politique, le FLN, il fut écrasé par Bouteflika en dépit d’une campagne électorale inédite, qui avait mobilisé toutes les mouvances de l’opposition et les différentes sensibilités idéologiques.
Cet échec le poussa à prendre une longue retraite politique de dix ans, avant de réapparaître soudainement sur la scène médiatique avec l’élection présidentielle de 2014. Son ambition n’avait pas de limites, d’autant qu’il se présentait comme le chef de file de cette opposition à l’ex-président Bouteflika, qui était au summum de sa puissance. Mais affaibli par la maladie et les querelles intestines de ses courtisans, éclaboussé par les affaires de corruption et l’ampleur de la rapine, et désavoué pour sa gestion chaotique du pays secoué par la crise économique, Bouteflika était incapable de prétendre à un quatrième mandat. C’était l’avis de Benflis, qui se lança tête baissée dans la course présidentielle, faisant fi des recommandations de l’opposition et de ses alliés politiques. Ce fut encore un échec cuisant, bien qu’il ait dénoncé la fraude généralisée et le trafic des voix lors des dépouillements.
Au lendemain de cette bataille perdue il créa son propre parti, Talaie El Houriyet. Mais encore une fois, malgré ses grands efforts de persuasion, son marketing électoral et sa proximité avec des médias, il échoua lamentablement dans son ultime tentative de gagner le palais d’El Mouradia. 
“C’est avec des sentiments sincères et de leur puissant écho au plus profond de mon être que je remets mon mandat de président de Talaie El Hourriyet au Comité central en sa qualité d’instance souveraine au congrès de notre parti”, a précisé Benflis dans une allocution lors des travaux de la session extraordinaire du Comité central du parti.
“M. Abdelkader Saadi, que vous avez confirmé au poste de secrétaire général du Bureau politique assurera, en cette qualité, la présidence par intérim jusqu’à la tenue du congrès, conformément aux statuts du parti”, a-t-il ajouté.
Benflis a préconisé, en outre, “l’installation d’une instance ouverte dont le noyau sera constitué des membres du Bureau politique, auxquels pourront se joindre les membres du Comité central désireux d’apporter leur contribution à la réunion de toutes les conditions de réussite de ce congrès”.
De son côté, Saadi a affirmé qu’il veillerait à “la coordination de l’action du parti jusqu’à la tenue de son congrès”, faisant état de l’organisation, dans les prochains jours, d’une large concertation au sujet de la constitution de cette instance qui se chargera de la préparation du congrès, prévu avant le 13 juin 2020.
Reste à savoir si le parti survivra au départ de son père fondateur.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email