-- -- -- / -- -- --
Nationale

Belmihoub hôte de la chambre de commerce de Médéa

Belmihoub hôte de la chambre de commerce de Médéa

Le directeur général de la société de gestion de la Bourse d’Alger, Yazid Belmihoub, a été convié jeudi, par la Chambre de commerce et d’industrie Titteri de la wilaya de Médéa.

Il a donné des explications sur le rôle de la Bourse dans le financement des entreprises économiques, à la salle de conférences des services communs du pôle universitaire, en présence des étudiants et des enseignants de la faculté des sciences économiques, commerciales et de gestion, de nombreux hommes d’affaires et des représentants du patronat.

Les nombreux services développés par la Bourse ont été explicités par le conférencier qui a soutenu que la Bourse représente la possibilité d’octroi de ce qui est appelé le financement alternatif en comparaison avec le financement classique consenti par les banques commerciales.
Celui-ci s’est longuement étalé sur ce qu’offre l’introduction en Bourse en matière d’avantage pour l’entreprise, à savoir le financement à long terme, le bénéfice de la réduction de l’impôt sur le bénéfice appliqué aux sociétés cotées au regard du taux d’ouverture du capital conformément aux dispositions contenues dans la loi de finances 2014.

Selon le même responsable, l’introduction en bourse, présente l’avantage de donner la garantie de la pérennité de l’entreprise et une certaine stature quant à une plus grande visibilité au plan interne et au plan international, ainsi que la possibilité de renouveler son actionnariat. C’est aussi un nouveau modèle de financement offert à l’entreprise algérienne dans le contexte actuel de la crise financière.

Autre avantage que pourrait représenter l’introduction en bourse est de garantir un rendement positif supérieur au taux d’inflation aux capitaux placés sur le marché boursier qui a été de plus de 7%, supérieur au taux d’inflation qui oscille autour de 5,5 %. L’ensemble des indicateurs et indices confirment que le marché financier est actif et rémunérateur pour les investisseurs et les actionnaires, a soutenu le directeur général.

La Bourse interviendra en tant que partenaire des entreprises, car les grands projets ne seront plus pris en charge sur le budget de l’Etat, et que les banques ne seront plus en mesure de faire face au financement de l’important programme d’investissement public.

En effet, il est constaté une réduction drastique des liquidités, situation qui permet à la Bourse de jouer un rôle complémentaire aux banques, selon le directeur général de la Bourse d’Alger. Ce dernier annoncera l’introduction en 2016 de nouvelles entreprises publiques parmi celles appartenant à la catégorie des grandes entreprises, facteur qui viendra donner plus de dynamisme au marché financier. Réparti en plusieurs types, le marché financier existant au niveau de la Bourse fonctionne à raison de deux séances de cotation par semaine pour devenir continu en 2016.

Pour répondre à la demande de certains opérateurs, précisera le directeur général, la Bourse d’Alger est en train de réfléchir aux mécanismes de la finance alternative islamique où les capitaux sont attribués à des taux nuls comme pratiqué dans certains pays musulmans.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email