-- -- -- / -- -- --
Nationale

Belkhadem sera-t-il le candidat des islamistes ?

Belkhadem sera-t-il le candidat des islamistes ?

L’ancien SG du FLN et ex-chef de gouvernement sous Bouteflika, Abdelaziz Belkhadem, retiré des affaires politiques depuis son départ de l’ex-parti unique sur décision du même Bouteflika, n’a pas encore fermé la porte à une éventuelle candidature à la présidentielle du 12 décembre prochain selon l’imam de la mosquée d’Alger, Ali Ayia, qui l’a rencontré récemment en compagnie d’une délégation composée de personnalités nationales, dont l’ancien coordinateur du FLN Abderrahmane Belayat : « Ce que j’ai compris de la discussion avec lui c’est qu’il n’a pas complètement fermé la porte à une éventuelle candidature. Il a juste dit qu’il donnera sa réponse dans les jours à venir ».

Un rendez-vous à l’occasion duquel il a été pourtant donné, ces derniers temps, comme potentiel postulant à même de crédibiliser un peu plus un scrutin rejeté par nombre de partis, d’acteurs de la société civile, ainsi que par le mouvement populaire. Le courant islamiste n’a pas pour l’instant un candidat a déclaré après défection des deux leaders Abderrezak Makri, du MSP, et de Abadallah Djaballah, du FJD. La participation de Belkhadem serait une aubaine pour ce courant, qui cherche encore sa voie. Ces deux formations politiques ont estimé que les conditions pour la tenue d’un scrutin présidentiel transparent n’étaient pas réunies. Alors qu’on se dirige vers l’absence des deux principaux « poids lourds » de cette mouvance, qui ont tourné le dos à la présidentielle, Belkhadem serait l’alternative idéale pour ce courant qui n’a pas réellement un candidat sérieux qui cristalliserait les espoirs autour de lui.

Orphelin d’un leader charismatique, le courant islamiste compte peser de tout son poids lors de ce scrutin, en l’absence du courant démocrate. Un certain moment, ce courant a misé sur l’ex-chef du gouvernement Ahmed Benbitour, qui a ensuite décidé de renoncer pour des raisons qu’il n’a pas encore dévoilées. Il a juste promis de donner les raisons « ultérieurement ». Il reste moins d’un mois aux prétendants désireux de concourir à la présidentielle. S’il devait se présenter, il sera le troisième ancien Premier ministre de Bouteflika à annoncer son intention de prendre part à cette présidentielle. Belkhadem est en train de préparer sa candidature. Il pourrait même être le candidat du FLN, dont le SG est aujourd’hui en prison. Abdelaziz Belkhadem, qui avait longtemps fait partie des potentiels successeurs à Abdelaziz Bouteflika, est revenu ces derniers jours au-devant de la scène à la faveur de l’appel lancé par ses partisans pour se lancer dans la course à la présidentielle.. Belkhadem suivra-t-il ainsi Mouloud Hamrouche qui s’est excusé lui aussi de ne pouvoir se présenter à la présidentielle du 12 décembre dans des conditions politiques actuelles qualifiées de « peu propices » n ? Il faut rappeler que Belkhadem était l’un des piliers du régime Bouteflika, même s’il a été banni en 2014. Partisan d’un islam moderne, il indiquait en mars 2016 à Sétif, à l’issue de la 37e Assemblée générale de la ligue du monde islamique (LMI), que « bon nombre de chercheurs et de savants ont fini par comprendre que leurs prouesses et

inventions existent bel et bien dans le Coran ». Avant d’ajouter que « l’Islam est une religion moderne qui ne tolère aucune forme de violence ou d’extrémisme ». Pour Abdelaziz Belkhadem, qui s’est longuement étalé sur el-eadjaz coranique (miracles du Coran), « servir Dieu et son Prophète est la meilleure mission que l’homme puisse accomplir dans sa vie ».

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email