-- -- -- / -- -- --
Nationale

Belhimer présente sa feuille de route: Des réformes en profondeur

Belhimer présente sa feuille de route: Des réformes en profondeur

C’est à l’occasion de la journée internationale de la liberté de la presse, que le ministre de la Communication, Porte-parole du gouvernement, Ammar Belhimer, a révélé sa feuille de route pour opérer un changement radical censé métamorphosé le secteur des médias victime durant des années de contingences et de rapine.

Dans un entretien accordé ce samedi soir à la Télévision publique, M. Belhimer a indiqué que les chantiers de réforme du secteur de la presse, seront repris dès la levée du confinement, décidé par les hautes autorités du pays en vue d’endiguer la propagation de la pandémie du nouveau Coronavirus. Rappelant que ces réformes « s’inscrivent dans le cadre des engagements du président de la République, Abdelmadjid Tebboune mais aussi dans le cadre d’une démarche de dialogue participatif ouvert ».

Concernant la presse écrite, le ministre a précisé que la mission de sa régulation sera confiée au Conseil national de la presse, qui s’acquittera de ses missions à travers trois organes, en l’occurrence l’Organe de l’éthique, de la déontologie et de la médiation, l’Organe de la carte professionnelle et l’Organe de Médiamétrie.

Ammar Belhimer a indiqué que le premier des dix chantiers de cette réforme, vise la conciliation de la liberté et de la responsabilité dans la pratique journalistique. Sous le thème « consensus conceptuel pour une pratique sereine de la liberté de la presse ». Il y va aussi de l’information alternative, dit « journalisme citoyen », en ce sens que tout citoyen est responsable de l’information qu’il produit, a détaillé M. Belhimer rappelant les deux Codes adoptés récemment par le Parlement. Il s’agit de la loi de prévention et de lutte contre la discrimination et le discours de haine et du Code pénal, modifié pour inclure les dépassements sur les réseaux sociaux en tant qu’actes punis par la loi.

Le deuxième chantier tend à garantir du droit à l’information dans un cadre pluraliste et la moralisation de la pratique journalistique, conformément aux dispositions générales incriminant les comportements anti-pluralistes, prévus plus précisément dans la loi sur la concurrence et le code pénal. Cette démarche vise la régulation des pratiques favorisant le pluralisme et les échanges au sein d’une société démocratique, et ainsi faire face à la pensé unilatéraliste-totalitariste et autres dérives libéralistes, a souligné le ministre.

La réforme se penchera également au vide juridique dont souffre le secteur de la communication nécessitant une révision de l’organisation de la presse écrite et électronique, l’activité des chaines TV privées, l’organisation des agences de conseil en communication, la régulation de la publicité.

Le ministre a estimé, par ailleurs, que la codification et la régulation de l’activité des chaines TV privées “est devenue urgente au vu du danger que représentent les contenus diffusés par certaines chaines”, ajoutant qu’en plus de la domiciliation juridique, “nous œuvrerons à leur domiciliation technologique par un transfert vers le satellite algérien Alcomsat1”.

Il sera question aussi, dans le cadre de cette réforme, l’organisation de la presse électronique et Internet qui représente selon le ministre « souvent un espace ouvert pour des intérêts étroits, des positions hostiles et des agissements négatifs visant à porter atteinte à la dignité et à l’honneur de l’autre

et à la souveraineté des États en faisant de cet espace un champ de diffamation, de Fakenews et d’incitation à la violence sous toutes ses formes ».

La question de l’amélioration de l’image de l’Algérie aura, une part importante dans la stratégie de réforme du secteur de l’information au regard de son importance à la faveur d’un atelier qui sera organisé sous le thème Amélioration de l’image de l’Algérie à l’étranger et restauration de sa place dans les foras internationaux.

Le 9e chantier portera sur la codification de la fonction du sondage d’opinions ou l’enquête statistique qui a pour but de donner des indicateurs d’appréciation à un moment précis des opinions, aspirations, perceptions et comportements des citoyens ou d’un échantillon de la société. Le ministre a mis en avant, à ce propos, « l’absence dans notre pays d’un cadre juridique et de réalité économique claire dans ce domaine ».

En conclusion, le ministre a évoqué les problèmes dont souffrent les hebdomadaires et la presse spécialisée, menacés de disparition en raison des contraintes financières. Une problématique qui sera débattue dans le cadre du 10e chantier par les spécialistes en la matière, compte tenu des services qu’ils fournissent aux associations, aux laboratoires de recherche et aux clubs, « d’où l’importance d’accorder toute l’attention à cette catégorie de presse écrite », a-t-il assuré.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email