-- -- -- / -- -- --
Nationale

Belabed espère une rentrée scolaire sereine

Belabed espère une rentrée scolaire sereine

Le ministre de l’Education, Abdelhakim Belabed, espère une rentrée scolaire calme et sans remous. Après les menaces de débrayage de certaines organisations syndicales, la tutelle cherche à atténuer les tensions en ouvrant des canaux de dialogue directement avec les représentants des travailleurs. Une opération de « déminage » que Belabed vient de lancer récemment, en invitant tous les syndicats du secteur à une réunion de concertation. Cette rencontre est prévue mardi prochain, 3 septembre, au siège du ministère de l’Education, soit vingt-quatre heures avant la rentrée officielle des élèves.

Pour le ministre, il s’agit avant tout de désamorcer les bombes à retardement qui menacent d’exploser à tout moment, d’autant que ce secteur est fortement impliqué dans le mouvement de protestation citoyenne et les grèves cycliques d’ordre socio-professionnel. Depuis des années, la grogne ne cesse de monter dans ce secteur qui emploie des centaines de milliers de fonctionnaires. Pas moins de treize syndicats ont reçu une invitation du ministre Belabed pour cette réunion, dont l’ordre du jour n’a pas été divulgué.

Certains syndicats parmi les invités ont déjà brandi, pendant les vacances estivales, la menace de perturber la rentrée scolaire pour faire valoir leurs revendications qui remontent à l’époque de l’ex-ministre Benghabrit.

Parmi ces revendications, celle ayant trait au pouvoir d’achat, la révision de la grille salariale, la gestion des œuvres sociales, les indemnisations et les critères de reclassement du personnel, ainsi que le statut particulier.

Des revendications auxquelles viendront s’ajouter les incontournables problèmes matériels et pédagogiques, propres à chaque rentrée, comme la surcharge des classes avec les opérations de relogement, les transferts des élèves et des enseignants, le manque de professeurs dans certaines matières, la gestion des cantines scolaires et la pénurie de manuels.

Sur ce registre, le ministre de l’Education nationale a fait état, avant-hier, de l’impression, au titre de la rentrée scolaire 2019-2020, de 50 millions de manuels scolaires, tous cycles confondus, et de leur distribution aux établissements éducatifs via les différents centres relevant de l’Office national des publications scolaires (ONPS).

En marge d’une visite d’inspection dans la wilaya de Tipasa où il a inauguré et inspecté plusieurs structures relevant du secteur de l’Education, Belabed a indiqué que 50 millions de manuels scolaires, tous cycles confondus, ont été imprimés au titre de la rentrée scolaire 2019-2020, en plus d’un quota supplémentaire de 30 millions de livres, stocks de l’année dernière, assurant qu’ils seront à la disposition des élèves « dès le premier jour de la rentrée scolaire, prévue le 4 septembre ».

« Le livre scolaire est disponible et il n’y aura aucun manque ou pénurie », a affirmé le ministre, qui a relevé que les opérations d’impression et de distribution des manuels scolaires aux établissements éducatifs avaient commencé « très tôt », à travers l’ensemble du territoire national.

Soulignant que la liste des manuels scolaires comprend 22 livres pour les cycles primaire et moyen, minutieusement préparés, notamment ceux de langue arabe, d’éducation religieuse et d’histoire, le ministre a fait savoir que l’ensemble de ces livres avaient été soumis aux parties compétentes habilitées à analyser et à vérifier leur contenu, tels le Haut Conseil de la langue arabe (HCLA) et d’autres instances relevant des ministères des Affaires religieuses et des Wakfs et des Moudjahidine. Il a indiqué, dans ce contexte, que les réserves émises concernant le livre d’histoire ont été prises en considération.

En outre, Belabed a indiqué que « chaque livre a été soumis à l’étude d’une commission compétente relevant de l’Institut national de recherches en éducation (INRE), où il a été procédé au renforcement du contrôle des livres sensibles ayant trait à l’identité nationale afin d’éviter les erreurs commises par le passé ».

Le ministre a rappelé que plus de 9 millions d’élèves devront rejoindre les établissements éducatifs lors la prochaine rentrée scolaire et que le secteur de l’Education devra prendre en charge plus de 36 000 élèves de la catégorie des personnes aux besoins spécifiques, soulignant que le Premier ministre l’a chargé de présider une commission interministérielle comportant, en plus du secteur de l’Education, ceux de la Santé, de la Formation professionnelle et de la Solidarité nationale.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email