-- -- -- / -- -- --
Nationale

Béjaïa : rassemblements contre la nouvelle loi des hydrocarbures

Béjaïa : rassemblements contre la nouvelle loi des hydrocarbures

Des rassemblements de protestation contre la nouvelle loi des hydrocarbures et des finances 2020 ont été observés hier à Béjaïa, notamment devant la direction régionale de Sonatrach à sis à l’arrière Port et au niveau de l’université de Béjaïa.

Devant la direction de Sonatrach de Béjaïa des centaines de citoyens et syndicalistes ont tenu un sit-in pour dénoncer l’adoption, hier, par le conseil des ministres de la loi des hydrocarbures portant des dispositions jugées « trop favorables aux compagnies étrangères et défavorable au citoyen », estiment les manifestants qui dénoncent le bradage des richesse nationales par un gouvernement chargé de gérer les affaires courantes du pays. Les manifestants ont scandé des slogans condamnant une loi “cadeau offerte aux multinationales” : « l’Algérie n’est pas à vendre », « Vous avez vendu l’Algérie, bandes de traîtres ! », « Klitou Lebled ya saraqqine » « loi sur des hydrocarbures est un projet de la mafia ». D’autres slogans hostiles au pouvoir ont été scandés à tue-tête confirmant ainsi la détermination du peuple à reconquérir sa liberté et sa souveraineté confisquée depuis 1962 par le régime. Au Campus Targa Ouzemour, un rassemblement a été également improvisé pour dénoncer l’avant-projet de la « honte ». Les étudiants exigent le retrait de cette loi qui va à l’encontre des intérêts nationaux et dénoncent et le gouvernement et le parlement et exigeant la dissolution de ce dernier.

Notons qu’avant-hier soit dans la soirée un sit-in a été observé au niveau de la cité des 1000 logements à Ihaddaden pour dénoncer l’avant-projet de la loi des hydrocarbures. « Qanoun El mahroukat à la poubelle », « Ya lil aâr khiana felberlamane », « Baâtou lebled y a serakine », scandaient les manifestants qui ont brandis aussi des pancartes portant des slogans du mouvement populaire et des slogans décriant ces lois : « Non à la loi des hydrocarbures », « l’Algérie n’est pas à vendre », « On ne touche pas à la souveraineté nationale », « Non au bradage des richesses nationales ». Pour les manifestants qui ont protesté hier estiment que « le refus de la loi des hydrocarbures et une obligation selon l’article 80 de la constitution Algérien : tout citoyen doit protéger la propriété publique et les intérêts de la collectivité nationale », lit-on dans ces banderoles.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email