-- -- -- / -- -- --
Nationale

Bejaia : Marée humaine dans les rues

Bejaia : Marée humaine dans les rues

Des dizaines de milliers de personnes ont à nouveau investi, ce vendredi, les grandes artères de la ville de Béjaïa, marquant la 35e manifestation populaire du mouvement de protestation national pour dire « non aux élections » dans les conditions actuelles, rejeter le projet de loi sur les hydrocarbures, et réclamer la libération des détenus du Hirak populaire.

Les manifestants étaient répartis en plusieurs carrés constitués de plusieurs milliers de personnes, avec une forte présence féminine ainsi que de nombreuses familles. La manifestation a atteint son summum de mobilisation devant le siège de la wilaya. La rue de la Liberté était noire de monde, comme nous l’avons constaté sur place. Certains quittent la marche, d’autres arrivent de partout. Une ambiance de fête régnait. On arbore des pancartes et des banderoles, emblème amazigh et emblème national. « S’il n’y a pas de justice pour le peuple, il n’y aura pas de paix pour le pouvoir », est-il noté sur une pancarte portée par un sexagénaire qui a fait des haltes en cours de route. « Bled bled bledna n’dirou rayna », « Pouvoir assassin », Makench intikhabat ya el issabate », « Ulac l’vot ulac », « Had el aâm makenche l’vot », »Libérez les détenus », scandaient les foules dans une ambiance bon enfant ».

D’autres scandent « Djazaïr houra démocratia », « Had el aâm makenche intikhabat », « Baouha ya si elhoues baouha , baouha ya Abane baouha, baouha ya Ali baouha », « Silmia silmia Béjaïa hadharia ». Des jeunes venus de l’Est ont arboré une pancarte où est écrit : « Nous sommes Chaouis, nous sommes solidaires avec les Béjaouis ». « Dawla madania machi askaria », « FLN, RND, houkouma berlamane, yetnahaou gaâ », scandaient encore les foules qui avancent lentement en carrés et chantant des chansons de feu Matoub Lounès et des chansons révolutionnaires kabyles. La loi sur les hydrocarbures a été aussi décriée autant que les élections et les tenants du pouvoir. Personne ne saura nous détourner de notre but qui est l’instauration d’une Etat de droit, un Etat démocratique et social, ont réaffirmé hier les manifestants.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email