-- -- -- / -- -- --
Nationale

Béjaïa : Marches de soutien aux détenus à Kherrata et Tazmalt

Béjaïa : Marches de soutien aux détenus à Kherrata et Tazmalt

Une marche populaire a eu lieu ce samedi à Kherrata. Cette manifestation, devenue au fil des semaines un rendez-vous hebdomadaire incontournable dans la lutte pour le changement du régime politique, a eu, comme à chaque fois, l’adhésion de plusieurs centaines de personnes. Les marcheurs ont sillonné la ville et scandé des slogans hostiles au régime et à son personnel, décriant surtout l’élection présidentielle du 12 décembre prochain et promettant le maintien de la mobilisation pour y faire face et créer un changement vers un régime démocratique et transparent. « Djibouha ya louled djibouha, baâouha el khawana baâouha », « Makenche intikhabat maâ el issabat », « Ulac l’vot ulac », « libérez les détenus, libérez la justice, libérez les otages », « Djazaïr horra démocratia ».

A M’chedellah (ex-Maillot), une autre marche populaire a eu lieu. Des banderoles et des portraits des détenus, dont celui du jeune Nabil Alloul, enfant de la région, ont été arborés par les manifestants qui ont sillonné, de bout en bout, la commune. « Allah akbar Nabil Alloul », « Echaâb yourid el isklat » « ya shab el kaskrout makenche l’vot », « enidhal endihal hetta yeskout enidham », « echaâb yourid el istikal », « Azul fellawen dhi Maillot ulac l’vot », « Libérez les otages, libérez les otages ». Les manifestants ont scandé de nombreux slogans hostiles au pouvoir. Une grandiose marche populaire ayant rassemblé plusieurs milliers de personnes a eu lieu aussi, jeudi dernier, dans la ville de Tazmalt (haute Soummam).

Elle a été ponctuée par une grève générale qui a totalement paralysé la ville. La procession s’est ébranlée du siège de la daïra, au lieu-dit ex-Merlot, jusqu’aux quatre chemins où a été observé un rassemblement populaire pendant plus d‘une heure. Lequel a eu lieu en présence de la veuve Matoub Nadia, des élus locaux et aussi des familles des détenus de la région. Les manifestants ont écouté l’hymne national et de nombreux animateurs et parents de détenus se sont succédé au micro pour dénoncer, vigoureusement, les arrestations arbitraire des manifestants pacifistes. Les manifestants ont brandi les portraits des détenus en signe de soutien actif à leur l’égard et envers leurs familles, exigeant leur « libération immédiate et sans conditions ». Ils ont également scandé des slogans hostiles au pouvoir et à son personnel, décriant vertement le scrutin présidentiel du 12 décembre prochain et mettant en garde « le pouvoir et ses supplétifs » contre un éventuel « maintien de l’ancien régime au pouvoir et ses conséquences fâcheuses sur le pays ». Tout au long de la marche, les participants ont repris les slogans du mouvement populaire : « Ya Amirouche ya El houes el moudjahidine fi lehbes », « Libérez les otages, libérez les détenus, libérez Tabbou, libérez Khaled, libérez Bouregaâ, libérez Samira, libérez Yasmina ».

Lors du meeting animé aux quatre chemins, les manifestants ont scandé : « Mazalaghe mouaridhine da el Hocine », « Ya Lounès mazalaghe mouaâridine », « Mazalaghe dhimazighene », « Assa azeka le changement yela yela », « Thellili iyimehvas narai : liberté aux détenus d’opinion ». « Nous allons poursuivre le combat pacifique, nous n’allons pas nous prosterner et l’Algérie va rayonner », a déclaré Khaled Tazaghart, député démissionnaire. Dans une prise de parole, il a critiqué les députés et l’APN qui ont adopté des lois anti-populaires, notamment la loi sur les hydrocarbures. Rabah, un militant connu dans la ville et dans la région, a mis en garde ceux qui tentent d’ouvrir des permanences électorales dans la ville, les invitant à réfléchir sur la position hostile de la population à ce sujet. Pour sa part, la veuve Matoub dira : « Ce combat est grand et long et il va se poursuivre ».

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email