-- -- -- / -- -- --
Nationale

Béjaïa : Les établissements scolaires en grève

Béjaïa : Les établissements scolaires en grève

Le Cnapeste passe finalement à l’action. Après avoir averti à maintes reprises la direction de l’éducation au sujet de la non-prise en charge de plusieurs dossiers en suspens, il a décidé de passer à l’action en observant deux journées de grève, hier et aujourd’hui. Cette action sera suivie d’un rassemblement de protestation devant le siège de la direction de l’éducation et la wilaya ce matin à 10h.

Hier, de nombreux établissements scolaires des trois paliers ont été paralysés, selon Slimane Zenati, coordinateur de wilaya du Cnapeste. « Le mot d’ordre de grève est suivi à 82% durant cette première journée », a-t-on indiqué.

Selon des échos, un bon nombre d’établissements du secondaire et du moyen est totalement paralysé ». Il s’agit pour les grévistes d’exiger « la satisfaction intégrale de la plate-forme de revendications et la concrétisation du contenu des différents PV ».

La direction de l’éducation a lancé la veille une invitation au Cnapeste pour une réunion ce jeudi à 13h. A ce sujet, M. Zenati a déclaré que « nous irons à cette réunion pour débattre de l’évaluation de la prise en charge de nos revendications et nous en examinerons les conclusions pour décider en conséquence ».

Et d’ajouter : « Pour le moment nous sommes dans l’encadrement de la grève et le rassemblement de demain (aujourd’hui ndlr) ».
M. Zenati a appelé hier la direction de l’éducation à « être à la hauteur de ses engagements ».

Le syndicat compte, par ailleurs, soumettre au prochain conseil national la proposition d’aller vers « une grève cyclique de deux jours par semaine suivie de rassemblements synchronisés dans toutes les wilayas du pays ».

Ajouter à cela : « Des centaines de situations administratives et financières soulevées depuis plus de deux années et consignées dans les procès verbaux de réunions n’ont connu, à ce jour, aucune évolution et créent même des blocages et des complications préjudiciables », ajoute-t-on.

Les rédacteurs du communiqué estiment que « ces déficits sont engendrés par la mauvaise coordination entre le service du personnel et le service paie dont le non-respect par le service paie, des délais, nonobstant nos rappels à l’ordre ».

Il dénonce, par ailleurs, « les multiples insuffisances, dont « la gestion approximative, les mauvaises habitudes et les pratiques douteuses sont toujours en cours, notamment au service du personnel, en dépit de nos multiples interpellations ».

Le Conseil de wilaya « s’interroge aussi sur la gestion bicéphale et le cafouillage généralisé existant dans les écoles primaires, la mauvaise gestion dans un certain nombre d’établissements des trois paliers avec comme conséquences divers conflits collectifs et relationnels ».

Enfin, ces carences sont dues, selon l’analyse du syndicat, à « l’impunité qui caractérise l’acte de gestion et l’absence de communication et de concertation permanente et effective entre la direction de l’éducation et les staffs administratifs des établissements des trois paliers ».

D’autres points sont cités, parmi eux « le dossier logement est toujours dans les limbes, logements dits Dantin, quatre logements du CEM Taourirt-Ighil, des logements CEM Arezki Boudjemaâ -Adekar et des conclusions de la commission installée pour recenser le parc logement du secteur à travers le territoire de la wilaya ».

Le syndicat poursuit son constat, relevant la dégradation des salles informatiques et la disparition inexpliquée du matériel informatique ».

Au niveau national, le Cnapeste exprime son inquiétude sur la remise en cause des acquis des enseignants, arrachés de haute lutte, notamment « la révision du statut particulier, les œuvres sociales et la promotion aux grades supérieurs ainsi qu’au contenu du procès-verbal du 19 mars 2015 sont sujets à une remise en cause qui ne dit pas son nom ».

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email