-- -- -- / -- -- --
Nationale

Béjaïa : Les contractuels et adjoints de l’éducation montent au créneau

Béjaïa : Les contractuels et adjoints de l’éducation montent au créneau

Plusieurs actions de protestation, rassemblements et grèves, ont été observées hier dans le secteur de l’éducation.

Des dizaines d’enseignants contractuels et vacataires, exerçant dans les trois cycles de l’éducation (primaire, moyen et secondaire), ont convergé vers le siège de la direction de l’éducation où ils ont organisé un imposant rassemblement pour réclamer, à nouveau, leur « intégration dans des postes permanents, le payement de leurs arriérés de salaires et le versement des primes ».

Les intéressés exigent leur recrutement en tenant compte de leur expérience en tant que contractuels, et estiment normal d’être soient recrutés en priorité avant les autres, vu leur ancienneté dans l’enseignement. Au sujet des primes, un dossier a été transmis au ministère de tutelle apprend-on.

Les contractuels et vacataires sont structurés dans un comité d’enseignants contractuels et vacataires (CECV) ; ils comptent se réunir la semaine prochaine en assemblée générale et décide des suites à donner à leur mouvement. Mais, d’ores et déjà on annonce un rassemblement devant le siège du ministère de l’Education à Alger dans les deux semaines à venir.

Il faut noter qu’il y a environ 670 enseignants contractuels dans la wilaya de Béjaïa et certains ont exercé plusieurs années dans le secteur et parcourent des dizaines de kilomètres pour rejoindre leurs potes de travail. 

C’est pour cela qu’ils trouvent injuste que ces années d’expérience ne soient pas prises en considération à cause de la décision de la ministre. Les adjoints d’éducation affiliés au SNTE ont observé, quant à eux, un rassemblement pour réclamer une nouvelle fois le versement des rappels d’intégration dans leurs nouveaux postes de superviseurs auxquels ils ont été promus après leur formation de l’année dernière.

Et la date avancée par la direction de l’éducation pour le versement de leurs rappels et nouvelles mensualités, soit juin prochain n’a convaincu personne comme nous l’a expliqué M. Badis Abdelbast, coordinateur de wilaya du syndicat national des travailleurs de l’éducation (SNTE).

Les protestataires demandent aussi « la remise des décisions de promotion et les certificats de réussite aux travailleurs ayant subi ladite formation et l’application des mesures contenues dans le décret exécutif n° 09-244, du 22 juillet 2009, liées à la répartition des horaires de travail durant la semaine au niveau des administrations publiques, et surtout à l’application par les chefs d’établissement des 33 heures de travail par semaine et mettre fin au 36 heures ». 

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email