-- -- -- / -- -- --
Nationale

Béjaia : Les Béjaouis toujours mobilisés

Béjaia : Les Béjaouis toujours mobilisés

C’est une nouvelle démonstration de force que les Béjaouis ont opérée ce vendredi dans la rue de la ville de Yema Gouraya pour revendiquer un changement radical de régime politique et l’instauration d’une véritable démocratie. Comme chaque vendredi, des dizaines de milliers de personnes (hommes, femmes, jeunes, personnes âgées,…) ont investi la rue dans une manifestation populaire pacifique qui n’a rien à envier à celles menées depuis sept mois en termes de mobilisation populaire. L’esplanade de la maison de la Culture se remplissait peu à peu pour constituer une grandiose foule vers 13h et pour exploser une demi-heure avant le départ de la procession sur le boulevard de la Liberté.

Les dizaines de milliers de personnes qui ont pris part à la marche d’hier réclament on ne peut plus clairement « le changement effectif du système, le rejet des élections, l’arrêt de la répression et la libération de l’ensemble des détenus d’opinion et détenus politiques incarcérés des prisons de plusieurs wilayas du pays. Les slogans scandés comme « Hé oh bled bledna n’dirou rayna, makenche l’vot », « Ulac l’vot ulac : pas d’élections », « Noukni nenad atsrouhem, atsrouhem », « Anedou anedou alema yeghli udhavu : on manifestera jusqu’à la chute du régime », « Djazaïr houra démocratia », illustre la grande détermination des foules à continuer à sortir en vue de provoquer un changement radical pacifique.

Les foules d’hier ont entamé la marche avec des slogans réaffirmant une grande détermination à aller jusqu’au bout. Puis des slogans rejetant les élections et exprimant leur hostilité envers les tenants du pouvoir : « Had el aâma makenche intikhabates », « Makenche l’vot bidoune marhala intikalia », « Dawla madania machi askaria », « Libérez les otages », « Libérez les détenus », scandaient encore les foules brandissant des pancartes et banderoles, l’emblème national et amazighe. Des slogans scandés avec insistance et à tue-tête par les foules exprimant leur résolution sur le boulevard de la Liberté. « Libérez nos détenus et cessez votre injustice », « On ne peut organiser des élections transparentes qui sont organisées par la bande », « Pour une transition démocratique et un Etat de droit », « Pas d’élections sans transition ».

Des slogans reviennent aussi chaque vendredi depuis plusieurs semaines et hier encore tels que : « Had el aâm makenche l’vot », « Makenche l’vot maâ el issaba », « Pouvoir assassin », « Ulac smah ulach », « Enidhal enidhal heta yaskout enidham », « Makenche intikhabat maâ el issabat », « Ya h’na ya n’touma maranèche habsine », « Libérez les otages », « Libérez les détenus », « Libérez Karim Tabou », « Libérez Lakhdar Bouregaâ … », « Thelleli iyimaghnassen, l’habs iyimakhouren : Liberté aux militants ou aux détenus, prison aux bandits », « Le Peuple veut l’indépendance : echaâb yourid el istiklal ». Les manifestants étaient aussi très hostiles à l’égard des tenants du pouvoir, du gouvernement, FLN, RND, APN et Sénat : “FLN, RND, Houkouma, Berlamane, errahlou”. Notons qu’une marche a été organisée hier aussi à Akbou en parallèle à celle de la ville de Béjaïa. Des milliers de personnes sont sorties aussi dans cette ville pour réclamer la libération des détenus du Hirak, exprimer leur hostilité à l’égard des élections présidentielle de décembre prochain et demander un changement radical de régime politique, entre autres.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email