-- -- -- / -- -- --
Nationale

Béjaia: le tabac se répand dans le milieu hospitalier

Béjaia: le tabac se répand dans le milieu hospitalier

Le tabagisme en milieu hospitalier est devenu un véritable problème. Les résultats d’une enquête réalisée par trois docteurs du CHU de Bejaïa et rendue publique ces derniers jours, illustrent parfaitement cela et posent la problématique de son éradication et des moyens à utiliser pour y arriver, car il y va de l’environnement des lieux.

Cette enquête de terrain menée par les docteurs Taklit Idiri et Taklit et Lamia Amari sous la direction du Dr Omra Chabati est sans appel. Elle est réalisée sur un échantillon de 700 professionnels de la santé répartis sur trois établissements, soit les CHU Khéllil-Amrane, Frantz-Fanon et l’EPSP Targa Ouzemour. Il a été constaté que « la consommation de tabac par le personnel hospitalier cause, en plus des problèmes habituels liés à cette consommation, l’altération de son image dans la société et la responsabilité de l’institution ».

« L’étude a démontré ainsi que 96,31% des fumeurs sont des hommes contre 3,68% de femmes », indique un communiqué de presse qui nous est parvenu ces derniers jours. Ainsi, on révèle que « sur les 85,88% des fumeurs interrogés, 63,19% expriment un besoin de soutien pour arrêter la cigarette et 78,65% parmi eux souhaitent un appui psychologique contre 11,23% qui veulent un appui médicamenteux, soit un traitement », indique-t-on dans le document.

Et pour mieux relever que le problème est profond car l’usage du tabac touche également la majorité des hôpitaux des grandes villes, notamment la capitale. D’où la nécessité de campagnes de sensibilisation à mener en premier lieu et des sanctions à infliger en second lieu. En Algérie, selon l’enquête GATS 2010, « la consommation de tabac à fumer est de 15,3 % chez les personnes de 15 ans et plus ; 27% chez les hommes et 1,7 % chez les femmes ; la consommation du tabac à chiquer est de 5,7 % chez les hommes ».

L’enquête mondiale sur le tabagisme (GYTS Algérie 2013) réalisée chez les jeunes âgés de 13 à 15 ans en milieu scolaire révèle « un taux de consommation de tabac de 8,8% (16,1 % chez les garçons et 3,1% chez les filles) ». Pour sa part, l’OMS estime que « d’ici 2020, le tabac sera la principale cause de décès et d’incapacité, avec plus de 10 millions de victimes par an ».

Le constat est effrayant, car « le tabagisme entraînera alors plus de décès à travers le monde que le SIDA, la tuberculose, la mortalité maternelle, les accidents de voiture, les suicides et les homicides combinés ». Pour remédier au tabagisme dans le milieu hospitalier, le CHU mise d’abord sur l’application stricte de la réglementation en vigueur interdisant le tabac dans les établissements publics et surtout dans le milieu hospitalier.

Ainsi, « la direction générale du Centre hospitalo-universitaire de Béjaïa, soucieuse de jouer un rôle d’exemple en tant qu’institution hospitalière promotrice de santé, attache une grande importance à l’application de l’instruction ministérielle du 4 décembre 2014, portant interdiction de l’usage du tabac, notamment dans les établissements de santé », souligne-t-on.

Les usagers des structures du CHU sont priés aussi de s’abstenir de fumer dans les établissements de santé : « les usagers des structures du CHU de Bejaïa sont appelés aussi à respecter le droit des non-fumeurs (membres du personnel C.H.U, patients et visiteurs) de respirer un air pur et non pollué par la fumée du tabac, tout en respectant les besoins des fumeurs », relève-t-on dans le communiqué qui nous a été adressé par Atmane Mehdi, responsable du bureau d’information, de communication et d’audio-visuel du CHU de Bejaïa.
 

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email