-- -- -- / -- -- --
Nationale

Bejaia: L’Aid en cachette

Bejaia: L’Aid en cachette

Pour la première fois, l’Aïd est intervenu dans des conditions inédites. L’ambiance durant était morose, car rompant avec les traditions d’usage qui permettaient aux musulmans de rassembler dans la joie et la convivialité.

Les Béjaouis ont passé l’Aïd el-Fitr sans fête ou presque. Ils l’ont fêté chacun à sa façon, selon les conditions exceptionnelles de confinement et surtout l’interdiction de circuler en voiture et en moto. La joie qui a toujours accompagné ces moments de convivialité en famille, proches et amis ont été réduits à leur simple expression puisque les échanges des visites durant deux jours et parfois plus n’ont pas eu lieu. Très peu de gens sont pu rendre visite à leurs familles lorsque que celles-ci n’étaient pas loin et avec beaucoup de précaution dont le port de masque de prévention.

L’interdiction de circuler en voiture et les moyens de transport suspendus à titre préventif depuis plus de deux mois ont contraint tout le monde à rester chez soi. Et pour présenter leurs vœux tout le monde a eu recours aux moyens de communication modernes comme le téléphone, les SMS, les réseaux sociaux faute de visites et les cadeaux offerts aux proches à cette occasion et comme d’usage, selon la tradition. Le confinement a, du reste, été largement respecté. Les automobilistes ont remisé leurs véhicules dans les garages. Peu de gens ont bravé l’interdiction de circuler.

Ce n’est que partie remise pour les Béjaouis, les visites vont reprendre une fois le confinement levé et surtout une fois la pandémie du coronavirus dissipée. Cependant, les grands déçus ce sont les enfants qui n’ont pas pu profiter pleinement des joies de la fête comme chaque année même si des parents habitants dans les villes ont accompagné leurs progéniture la matinée dans le centre-ville et parfois dans les quartiers pour jouer l’espace de quelques heures et acheter des jouets dans les rares boutiques qui ont ouvert.

A ce sujet les réquisitions des commerces ont été largement respectés. Les gens ont accompli aussi la prière de l’Aïd chez eux . Les visites aux hôpitaux et à l’auberge des personnes âgées ont été interdites aux gens et aux associations afin d’éviter la propagation du coronavirus, d’autant que les pensionnaires et les malades sont très vulnérable. Même les associations n’ont pas pu rendre visite aux 48 personnes âgées et 14 sans domiciles fixes pris en charge au niveau de l’auberge de Sidi-Ouali.

Par ailleurs, il faut rappeler que le coronavirus continue de faire des victimes et la prudence est de mise notamment et le port du masque de protection ou bavette dans les lieux publics : magasins, administrations, bureaux de postes. La direction de la santé de wilaya a enregistré 6 nouveaux cas avant-hier, 08 personnes présentant des symptômes et non testés de Covid-19 ont été admis aux différents hôpitaux de la wilaya. Aussi, 146 patients sont encore hospitalisés, dont 02 en réanimation et 02 patients intubés.

Le nombre de décès depuis le début de la pandémie a atteint les 23 personnes et une dizaine ou plus de décès dont le coronavirus est suspecté être la cause. A titre de rappel plus de 400 personnes ont été traité dans les 7 hôpitaux de la wilaya ou sont pris en charge les patients atteints de la pandémie Covid-19. Notons que le deuxième jour de l’Aïd, la ville de Béjaïa et les autres grands centres urbains de la wilaya étaient totalement paralysés. Les routes étaient désertes.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email