Béjaïa : Grogne dans le milieu syndical  – Le Jeune Indépendant
-- -- -- / -- -- --


Nationale

Béjaïa : Grogne dans le milieu syndical 

Béjaïa : Grogne dans le milieu syndical 

Le monde syndical se fâche. Il compte sortir de sa réserve cette semaine et mener deux journées de protestation à la lumière de la nouvelle grille salariale adoptée après la modification de la grille du point indiciaire paru dans le journal officiel du 23 mars 2022.

C’est ainsi que les différents syndicats autonomes et les syndicats d’entreprises affiliés à l’union générale des travailleurs Algériens (UGTA) de la wilaya de Béjaïa ont annoncé l’organisation de deux journées de grève les 26 et 27 avril afin d’exprimer leur colère le rejet de la situation socio-économique dans laquelle ils vivent.

L’union de wilaya a invité les conseils de wilaya des syndicats d’entreprises et les coordinations syndicales de wilaya à tenir des assemblées générales afin de sensibiliser les travailleurs à y adhérer en force à ces journées de grève et prendre connaissance de leurs revendications légitimes en vue d’améliorer leurs situation sociale», lit-on dans un communiqué daté du 18 du mois courant signé par de nombreux syndicats d’entreprises.

Pour ces derniers, « cette grève a été décidée lors de la rencontre des syndicats d’entreprises et des coordinations de wilaya des secteurs de la fonction publiques tenues dans l’urgence en réponse aux revendications des sections syndicales qui dénoncent avec vigueur les augmentations dérisoires en rapport à la grille indiciaire des travailleurs qui a déçu tout le monde et a accentué leur mécontentement du fait qu’elle ne répond aucunement aux besoins quotidiens du simple travailleur».

Les conclavistes ont décidé d’exprimer «leur refus absolu» de ces augmentations dérisoires qui ne répondent pas à leurs «attentes» notamment, ceux ayant de faibles revenus. Ils exigent, par ailleurs, «la révision de la valeur du point indiciaire à 100 DA au moins et son adaptation au pouvoir d’achat du simple travailleur, la promulgation rapide du statut particulier des différents secteurs de la fonction publique, l’intervention des hautes autorités du pays afin de prendre en considération, avec sagesse et sans calculs politiciens la réalité socioéconomique des travailleurs et le considérer comme priorité d’aujourd’hui sans tarder».

Les rédacteurs du communiqué invitent les fédérations nationales des secteurs de la fonction publique à intervenir et prendre des positions fermes et s’exprimer à propos de ces faibles hausses salariales». Pour sa part, le syndicat national autonome des personnels de l’administration publique (Snapap) a décidé d’observer aussi une grève d’une journée qui sera ponctué par une marche de protestation ce mardi à partir du siège de la maison de la culture jusqu’au siège de la wilaya.

Les mécontents comptent demander «une justice sociale et un salaire digne, une augmentation conséquente du point indiciaire, la préservation de la dignité des travailleurs, la fin de la précarité et dire non à la répression des libertés syndicales», lit-on dans le communiqué du syndicat.             

Veuillez activer JavaScript dans votre navigateur pour remplir ce formulaire.

Cet article vous-a-t-il été utile?

Cet article vous-a-t-il été utile?
Nous sommes désolés. Qu’est-ce qui vous a déplu dans cet article ?
Indiquez ici ce qui pourrait nous aider a à améliorer cet article.
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email