-- -- -- / -- -- --
Nationale

Bejaia : Grève et marche en soutien aux détenus du Hirak

Bejaia : Grève et marche en soutien aux détenus du Hirak

Une marche populaire de soutien aux détenus du mouvement populaire a été organisée ce mardi matin à Ouzellaguene. Des milliers de personnes dont les familles des détenus ont pris part à cette manifestation, la cinquième du genre. La procession a sillonné le centre-ville notamment, avant d’observer un rassemblement devant le siège de l’APC.

Les manifestants ont brandi les portraits des détenus de la commune dont Yazid et Tahar et bien d’autres, exigeant leur libération immédiate et sans conditions. « Libérez les détenus, libérez les otages », scande la foule qui nomme parfois les prénoms des détenus. Les manifestants ont également vilipendé la justice et ils se sont montrés très hostile aux élections présidentielles du 12 décembre prochain : « Ualc l’vot ulac makenche intikhabat ya issabate ». Ils ont également été très critiques à l’égard de la nouvelle loi sur les hydrocarbures : « Baâouha ya el khawana baâouha ». Ils ont été également très hostiles à l’égard du pouvoir : « Pouvoir assassin », « Dawla madania machi askaria », « Pouvoir assassin », « Y’en marre de ce pouvoir ». « Imazighen anarez wala nakhnou », ont scandé aussi les manifestants pour exprimer leur détermination à ne pas arrêter de lutter pour l’instauration d’une véritable démocratie. La marche a été ponctuée par une grève générale. Des manifestants ont pris la parole pour dénoncer les arrestations des manifestants pacifistes qualifiés « d’otages » et ont réclamé leur libération sans condition. Pour M. 

Zahir Benkhalet du comité citoyen de la Soummam, « les arrestations visent à détourner le regard pour faire passer une feuille de route ayant pour but le maintien du même régime en place à travers une feuille de route ». Pour lui, « le pouvoir finira par tomber grâce à la mobilisation populaire ». L’intervenant a rendu un grand hommage à la femme algérienne et son combat sans cesse pour la démocratie », estimant que le pouvoir ne choisit pas les personnes qu’ils arrêtent : ils arrêtent les personnes qui portent le drapeau identitaire et les personnes pour leurs opinions et leurs convictions, et tous ceux qui s’opposent à son projet ». Présente à la marche, la veuve Matoub Nadia est intervenue pour apporter son soutien aux détenus et réconforter les familles, notamment les mamans et sœurs des détenus qui étaient présentes à la marche.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email