-- -- -- / -- -- --
Nationale

Béjaïa: Grande mobilisation contre le régime politique

Béjaïa: Grande mobilisation contre le régime politique

Une grande manifestation appelant à la rupture avec le régime politique a animé ce mercredi la ville de Béjaïa. Des milliers de travailleurs issus de plusieurs secteurs, des étudiants, des enseignants et des citoyens ont manifesté pour « exiger une transition pacifique et négociée avec le peuple ».
Les foules étaient organisées en carrés et se sont ébranlées sur boulevard de la Liberté depuis la maison de la Culture jusqu’à la placette Saïd-Mekbel. On a pu observer des travailleurs de l’ANGEM, du Trésor public, de ENPI, des travaux publics, des étudiants, des enseignants, des travailleurs de l’Université de Béjaïa, des citoyens, entre autres. C’est la troisième marche la plus importante après celle des étudiants mardi et celle de vendredi dernier. « Système dégage », « Nous avons dit tous, c’est tous », « Algérie libre et démocratique », « l’Algérie, une démocratie pas une monarchie », « le peuple veut le changement et le système doit dégager avec ses alliés » , pour une République nouvelle et un Etat de droit, pour une transition avec le peuple non pas avec le régime », autant de slogans à la fois scandés par les foules et écrits sur des banderoles et pancartes. Arborant l’emblème national et celui amazigh les foules avancent avec beaucoup de détermination. 
C’est dire la colère qui a gagné les manifestants après la désignation d’Abdelkader Bensalah à la tête de l’Etat. Il est, en fait, exigé son départ, autant que celui de Bedoui et son gouvernement, sans oublier Belaiz. Les foules réclament la fin du régime politique et l’ouverture d’une nouvelle page par la construction d’une nouvelle République sans ces caciques qui ont conduit le pays à la faillite et à la crise actuelle. Simultanément avec cette marche, plusieurs secteurs ont été paralysés. Une grève a été observée par les travailleurs de BMT/EPB, les bureaux de poste, les banques, Algérie Télécom, l’administration, Naftal, la CNEP Banque, l’ANGEM, les Assurances, l’éducation nationale, Sonatrach, les robes noires, entre autres, afin d’exprimer leur colère et leur rejet de l’intronisation de Abdelkader Bensalah et de Bedoui à la tête de l’Etat et du gouvernement. Un désaveu on ne peut plus clair au nouveau chef de l’Etat et surtout à la gestion d‘une transition par le système et non pas avec le peuple.
Notons qu’une marche devrait avoir lieu ce matin aussi à Béjaïa.
Elle sera conduite par les travailleurs affiliés à l’UGTA. A ce sujet justement, M. Aziz Hamlaoui, secrétaire de l’union de wilaya (UGTA) a été suspendu par Sidi Saïd mardi pour avoir organisé plusieurs actions pour demander le départ de ce dernier et de son secrétariat national. Une décision que ne reconnaît pas M. Hamlaoui puisqu’elle ne vient pas de la base, a-t-il déclaré hier. La réponse à cette décision sera donnée aujourd’hui et la semaine prochaine lors d’une marche nationale qui sera organisée à Alger par plusieurs unions de wilaya, déclarait hier M. Hamlaoui à la Radio. 

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email