-- -- -- / -- -- --
Nationale

Béjaïa : Des citoyens protestent contre le mal-être

Béjaïa : Des citoyens protestent contre le mal-être

La colère citoyenne ne s’estompe pas à Béjaïa. Le recours à la fermeture des routes et des sièges d’APC et autres édifices publics semble inscrit dans les mœurs de la région.

Les citoyens, livrés à eux-mêmes, ont perdu confiance et font de ces actions l’ultime recours pour se faire entendre ou, du moins, révéler la gestion défaillante de certains responsables. Hier encore, la wilaya s’est illustrée par des actions de fermetures de siège d’APC et de daïra.

C’était le cas à Ouzellaguene où une dizaine de jeunes ont fermé le siège de la daïra réclamant « l’annulation sans délai » de la liste des 92 logements de type RHP attribués il y a moins de deux semaines. Les mécontents ont exigé une commission d’enquête, estimant que certains parmi les bénéficiaires ne devaient pas y figurer vu que leur situation sociale « n’est pas précaire ».

A noter que la commune d’Ouzellaguene a bénéficié de plusieurs programmes de logements dont 368 de type RHP au village Helouane, 165 autres à Ouzellaguene, 620 unités de type social, etc.
Pour leur part, des habitants du hameau Thirdhem de la municipalité de Toudja ont pris d’assaut hier matin le siège de la mairie pour dénoncer le peu d’entrain des autorités locales à prendre en charge leurs doléances liées à l’amélioration de leurs conditions de vie, dont l’eau potable, l’aménagement du chemin du village et la réalisation d’une salle de soins.

Pour rappel, les villageois avaient déjà manifestés à ce sujet.
A l’extrême est de la wilaya, nombreux habitants du village Sidi-Boubekeur dans la commune de Draâ El Gaïd ont assiégé la mairie dans un mouvement de colèr,e pour bousculer les autorités locales sur les promesses déjà avancées il y a quelques mois et qui portent sur l’ouverture de pistes agricoles, le revêtement d’un chemin et la fin de la pénurie d’eau potable. « Des revendications en voie d’être prises en charge », nous dit-on.

A Semaoune, des habitants du village Atmous ont fermé également le siège de la mairie encore une fois pour exiger le revêtement du chemin, comme ils ont réclamé à l’occasion le renforcement en eau potable.
La colère citoyenne ne s’estompe pas à Béjaïa. Le recours à la fermeture des routes et des sièges d’APC et autres édifices publics semble inscrit dans les mœurs de la région.

Les citoyens, livrés à eux-mêmes, ont perdu confiance et font de ces actions l’ultime recours pour se faire entendre ou, du moins, révéler la gestion défaillante de certains responsables. Hier encore, la wilaya s’est illustrée par des actions de fermetures de siège d’APC et de daïra.

C’était le cas à Ouzellaguene où une dizaine de jeunes ont fermé le siège de la daïra réclamant « l’annulation sans délai » de la liste des 92 logements de type RHP attribués il y a moins de deux semaines. Les mécontents ont exigé une commission d’enquête, estimant que certains parmi les bénéficiaires ne devaient pas y figurer vu que leur situation sociale « n’est pas précaire ».

A noter que la commune d’Ouzellaguene a bénéficié de plusieurs programmes de logements dont 368 de type RHP au village Helouane, 165 autres à Ouzellaguene, 620 unités de type social, etc.

Pour leur part, des habitants du hameau Thirdhem de la municipalité de Toudja ont pris d’assaut hier matin le siège de la mairie pour dénoncer le peu d’entrain des autorités locales à prendre en charge leurs doléances liées à l’amélioration de leurs conditions de vie, dont l’eau potable, l’aménagement du chemin du village et la réalisation d’une salle de soins.

Pour rappel, les villageois avaient déjà manifestés à ce sujet.
A l’extrême est de la wilaya, nombreux habitants du village Sidi-Boubekeur dans la commune de Draâ El Gaïd ont assiégé la mairie dans un mouvement de colèr,e pour bousculer les autorités locales sur les promesses déjà avancées il y a quelques mois et qui portent sur l’ouverture de pistes agricoles, le revêtement d’un chemin et la fin de la pénurie d’eau potable. « Des revendications en voie d’être prises en charge », nous dit-on.

A Semaoune, des habitants du village Atmous ont fermé également le siège de la mairie encore une fois pour exiger le revêtement du chemin, comme ils ont réclamé à l’occasion le renforcement en eau potable.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email